LACHELACHE Belkacem

Par Louis Botella

Mort le 18 novembre 1961 ; docker ; syndicaliste Force ouvrière d’Alger (Algérie).

Belkacem Lachelache, docker au port d’Alger, fut d’abord secrétaire administratif du syndicat FO des dockers, assimilés et agents de maîtrise du port d’Alger alors dirigé par Lucien Gaglione

Belkacem Lachelache et Lucien Gaglione siégèrent en novembre 1951 à la commission exécutive de l’Union départementale FO d’Alger. En juillet 1958, le nom de Belkacem Lachelache réapparut au sein de cette instance.
Lors de la scission, intervenue fin juin 1958 au sein de cette UD, entre partisans de "l’Algérie française" et les tenants d’une autre politique groupés autour de Roger Marçot, secrétaire général de l’UD, Belkacem Lachelache soutint ce dernier alors que, dans un premier temps, Lucien Gaglione fut partisan des dissidents.

Une note des Renseignements généraux d’Alger, en date du 1er juillet 1959, le décrit de la manière suivante : "il possède une formation syndicale de tout premier ordre" et indiqua qu’il avait démissionné de la CGT lorsque celle celle-ci demanda aux dockers de ne pas charger ou décharger les navires à destination ou en provenance de l’Indochine".

En juin 1960, Belkacem Lachelache demeura à Hussein-Dey.
Il fut également membre du conseil d’administration de la Caisse algérienne de garantie des ouvriers dockers.

Il devint secrétaire général de son syndicat à compter de décembre 1960, après l’éviction de Mohamed Baba Abdi de cette fonction. Mohamed Baba Abdi, membre du Front pour l’Algérie française, fut élu conseiller général d’Alger sur la liste de Babette Lagaillarde, épouse du député Pierre Lagaillarde. C’est grâce à l’autorité de Belkacem Lachelache que Mohamed Baba Abdi ne fut pas lynché par des dockers.

Le 31 janvier 1961 à 5 heures 50, il échappa de justesse à un attentat en se rendant à son travail au port d’Alger. Dans une lettre, en date du 7 février 1961, de Jean Gleize, secrétaire administratif de l’UD FO d’Alger à Roger Esposito, secrétaire général de celle de Constantine, laissa entendre que les deux faits pouvaient être liés.

Selon une note des Renseignements généraux d’Alger, en date du 1er août 1961, "procéderait à de discrets sondages en vue de reconstituer l’UGTA".

Il fut assassiné ale 18 novembre 1961. Sa mort intervint après l’assassinat d’un autre secrétaire de syndicat FO, Michel Henrich.

Belkacem Lachelache laissa une veuve et de nombreux enfants. Cet assassinat fut vivement condamné dans toutes les instances syndicales Force ouvrière.
Slimane Yahouni, secrétaire de l’Union départementale FO d’Alger, dénonça avec vigueur ces assassinats et tous les autres lors du congrès confédéral de novembre 1961. Selon Mohamed Abdelhouab, représentant du syndicat des dockers d’Alger au congrès confédéral FO de novembre 1961, c’est l’OAS qui en fut l’auteur du crime.

Lors de ce congrès confédéral, une motion condamnant cet assassinat et celui de Michel Henrich fut votée à l’unanimité et une collecte faite parmi les délégués a recueilli la somme de 445,21 francs.

Selon le fils de Roger Marçot, Belkacem Lachelache fit partie d’un groupe d’action républicaine (GAR), chargé de lutter contre le putsch d’avril 1961 des militaires rebelles.

Il avait un fils cadet Mohamed -dit Toufik- né le 12 janvier 1961, quelques mois avec l’assassinat de Belkacem Lachelache.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article137661, notice LACHELACHE Belkacem par Louis Botella, version mise en ligne le 23 juillet 2011, dernière modification le 8 octobre 2013.

Par Louis Botella

SOURCES : Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 30 octobre 1952, 8 février 1961. — Arch. Nat. France Outre-mer, Aix-en-Provence, ALG 91 3 F/107, 3 F/111, 3 F/112 et 3 F/115. — Compte rendu du congrès confédéral de FO de 1961. — Arch. de la confédération FO (Fonds Roger Marçot, ancien secrétaire général de l’Union départementale FO d’Alger).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément