HERVÉ Jacques

Par Louis Botella

Né le 3 mai 1920 à Tours (Indre-et-Loire), mort dans la nuit du 29 au 30 août 2010 à Luynes (Indre-et-Loire) ; employé à la sécurité sociale ; syndicaliste CGT puis FO ; secrétaire général de l’Union départementale FO d’Indre-et-Loire (mars 1948-mai 1950) ; libertaire ; libre penseur.

Frère de Gaston Hervé dit Lelièvre et fils d’un employé d’octroi, Jacques Hervé était employé à la sécurité sociale de Tours. Il milita d’abord au sein de la CGT puis il participa en 1947 à la création en Touraine des Amis de Force Ouvrière. Il prit part, le 22 décembre 1947 à Paris, à la conférence nationale qui donna naissance à la confédération FO.

Demeurant alors au 151, boulevard Thiers à Tours, il fut nommé, fin décembre 1947, par la direction de la nouvelle confédération comme son responsable provisoire pour l’Indre-et-Loire.

L’Union départementale syndicaliste confédérée fut créée le 7 mars 1948. Son premier secrétaire général fut Jacques Hervé. Cette union départementale rassembla alors des syndicats Force Ouvrière et des syndicats autonomes (notamment dans la métallurgie - voir à Paul Boisgard). Elle s’affilia à la confédération FO. Cette union départementale ne changera son nom en Union départementale Force Ouvrière que le 29 mai 1965.

Une situation semblable fut constatée, à la même période, au sein d’autres unions départementales FO : Aude (FO et CNT), Cher (FO et autonomes), Gironde (FO, CNT, autonomes, indépendants), Maine-et-Loire (FO, CNT et Syndicat National des Instituteurs).

Lors du congrès constitutif de la confédération FO, en avril 1948, Jacques Hervé regretta l’absence des syndicats autonomes et de la CNT lors de ce congrès.

Toujours au cours de ce congrès, Jacques Hervé, comme les autres représentants des syndicats de son union départementale, votèrent, lors des scrutins sur les statuts confédéraux, "contre" le préambule, les structures, le titre FO et l’affiliation de FO à la FSM (Fédération syndicale mondiale).
Le 28 mai 1948, différents responsables syndicaux de l’Ouest de la France publièrent un manifeste appelant à « un regroupement » de « tous les syndicalistes quel que soit leur appartenance » pour "défendre les intérêts des travailleurs en dehors de toutes les influences politiques, confessionnelles ou étatiques". Parmi les signataires de ce manifeste, on relève les noms d’Alexandre Hébert (UD-FO de Loire-Atlantique), Raymond Patoux (UD-FO du Maine-et-Loire), Jacques Hervé (UD syndicaliste confédérée d’Indre-et-Loire), Camille Lacueille (UD syndicaliste du Cher), Gabriel Tharreau (UD-CNT du Maine-et-Loire).

Lors du congrès du 4 mai 1950, Jacques Hervé ne demanda pas le renouvellement de son mandat. Il fut alors remplacé par Maurice Jacques. Il prit un peu de distance par rapport à son UD et milita au sein du syndicat FO des organismes sociaux de Tours dont il fut le secrétaire général. Il occupa encore cette fonction en 1968.

Il milita au sein des milieux anarchistes et libres penseurs jusqu’à sa mort. Il assuma pendant de nombreuses années et jusqu’en 1996 la direction de la section d’Indre-et-Loire de la Libre Pensée. En désaccord avec la nouvelle direction nationale de cette organisation, il la quitta pour fonder le groupe « Eugène Bizeau », en hommage au poète tourangeau.

Il décéda dans la nuit du 29 au 30 août 2010 et il fut incinéré le 3 septembre 2010 au crématorium de Tours Sud à Esvres. Il avait épousé à Tours le 10 février 1951 Pierrette Joubert.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article137543, notice HERVÉ Jacques par Louis Botella, version mise en ligne le 14 juillet 2011, dernière modification le 6 juin 2016.

Par Louis Botella

SOURCES : Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 1er janvier 1948. — Comptes rendus des congrès confédéraux de FO de 1948, de 1950, de 1963 à 1969. — Guillaume Davranche in "1948 : les anarchistes rejoignent à regret la CGT-FO". — Arch. de la com. de Tours. — Arch. départ. d’Indre-et-Loire (fonds Jacques Hervé/syndicat FO des organismes de sécurité sociale). — La Nouvelle République, édition de Tours, 2 septembre 2010. — Site Internet Les Amis de Demain le Grand Soir, consulté le 14 mai 2011. — Etat civil.

Version imprimable Signaler un complément