OMYCHTUK Ivan Moiseevitch

Par Daniel Grason

Né le 19 septembre 1895 à Karkov (Ukraine) ; membre de l’Union pour le rapatriement ; militant communiste ; volontaire en Espagne républicaine.

Ivan Moiseevitch Omychtuk était né de parents paysans, son père était mort en 1917, et sa mère en 1924. Il était sans frères ni sœurs. La sœur de sa mère vivait à Kiev. Pendant la guerre de 1914-1917, qu’il qualifiait de « guerre impérialiste », il fut enseigne. En 1920, il quitta l’Ukraine en proie à la guerre civile, il suivit Petlioura qui refluait avec ses bandes armées qui avaient perpétrés des pogromes contre les juifs.

Officier, l’un des fondateurs du Parti ouvrier social-démocrate ukrainien, Petlioura était antisémite, devant l’avance de l’Armée Rouge, il conclut le 21 avril 1920 une alliance avec Pilsudski, dirigeant de la Pologne. Petlioura se réfugia ensuite en France où il fut assassiné en 1926, à Paris, par Samuel Schwarzbard, anarchiste Juif. Le quotidien l’Humanité consacra entre le 12 et le 27 octobre 1927, annonce de l’acquittement de Samuel Schwarzbard seize articles à « La tragédie juive d’Ukraine », le nombre des massacrés était estimé à cent mille.

Ivan Moiseevitch Omychtuk était l’un des soldats fourvoyés et perdus de l’ataman Petlioura, il fut prisonnier pendant quatre ans dans un camp en Pologne. Il quitta ce pays pour la France, travailla en Lorraine dans une usine sidérurgique qui fabriquait des rails de chemin de fer. En 1934, il adhéra à l’association l’Union pour le rapatriement. Le président Paul Belooussoff*, était secondé par Alexandre Tveritinoff*, secrétaire général et trésorier, homme de confiance de l’ambassade soviétique. L’objet de l’association avait pour but de regrouper les émigrés russes et par extension tout ceux désireux de regagner la mère patrie, l’ex-Russie impériale était devenue après la révolution de 1917, l’URSS. L’Union pour le rapatriement constituait un centre d’information et de contrôle social de l’émigration par les autorités soviétiques.

En 1936, il adhéra au Parti communiste de France. Il arriva en Espagne le 10 février 1937, à son arrivée, il remit ses papiers au commissaire politique Dobrev. Il parlait allemand, russe, ukrainien, polonais et espagnol, affecté à la XVe Brigade internationale, il fut chef de section du bataillon Dimitrov. Il suivit une école d’officiers et fut nommé lieutenant le 24 septembre 1937. Par ordre de l’État-major, il rejoignit comme instructeur et interprète le front central. Il travailla auprès du lieutenant supérieur de l’Armée Rouge Constantin Shein, il participa avec lui à différentes opérations militaires. Il fut rapatrié à une date inconnue.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article136822, notice OMYCHTUK Ivan Moiseevitch par Daniel Grason, version mise en ligne le 12 mai 2011, dernière modification le 6 mai 2011.

Par Daniel Grason

SOURCES : RGASPI 545.6.1551, BDIC mfm 880/42, (traduction Macha Tournié). – CEDIAS : l’Humanité, 12 au 27 octobre 1927. – Samuel Schwarzbard, Mémoires d’un anarchiste juif, Syllepse, 2010.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément