LAGANT Christian [LAGANT Christian, Robert]

Par Olivier Ray, mise à jour par Marie-Cécile Bouju

Né le 1er juin 1926 à Paris (8e), mort volontaire le 2 décembre 1978 à Paris (XVIIIe arr.) ; correcteur dans l’imprimerie ; ajiste et esperantiste ; militant de la Fédération anarchiste (FA) (1950-1953), puis à la Fédération communiste libertaire (FCL) (1953-1956) ; l’un des fondateurs, en mars 1956, au sein des GAAR (Groupes Anarchistes d’Action Révolutionnaire), de la revue Noir et Rouge, qui eut une certaine influence au sein du mouvement français de 1968 ; adhérent de la CGT.

Fils de Robert Lagant et de Marthe Quenquault, ménagère, Christian Lagant, né en 1926, fait des études jusqu’au brevet supérieur. Il fut manutentionnaire et décorateur sur tissu à domicile.

À la Libération, Christian Lagant avait rejoint le Groupe artistique montmartrois (GAM) puis le groupe surréaliste « Les enfants du paradis », qui éclata rapidement suite aux querelles entre anarchistes et communistes.

Ajiste actif, membre du foyer Espero dans la région parisienne, il prit part à la scission qui donna naissance au Mouvement indépendant des auberges de jeunesse (MIAJ) au journal duquel il collabora (Regain, Paris, 45 numéros d’avril 1951 à novembre 1967). Il était également un espérantiste convaincu membre de l’organisation espérantiste SAT (Sennacieca asociot tutmonda en espéranto, ce qui signifie Association anationale mondiale).

C’est au début des années 1950 qu’il devint militant actif du groupe parisien du XVIIIe arr. de la FA. Il participa au Libertaire en publiant ses dessins sous la signature Cri Cri.

Lors du congrès de 1951, Lagantfut nommé au comité de lecture du Libertaire, organe de la FA, avec Devançon, Lustre, Gil Devillard et Georges Fontenis*. Au congrès de mai 1953 qui vit la FA se doter de statuts communistes libertaires, il fut nommé à la commission des conflits du nouveau comité national et il poursuivit son militantisme à la Fédération communiste libertaire (FCL), au sein du groupe Paris nord.

Le groupe Kronstadt, auquel Lagant participait, fut critique envers l’organisme secret OPB (Organisation Pensée Bataille) [voir Georges Fontenis*] et la décision de la participation de la FCL aux élections législative de janvier 1956. Le groupe fut exclu de la FCL en 1956.

À l’automne 1955, Lagant fut l’un des fondateurs des Groupes anarchistes d’action révolutionnaire (GAAR). Il devint aussi directeur de la revue Noir et Rouge (Paris, 46 numéros de mars 1956 à juin 1970), à l’origine expression de cette organisation. Lorsqu’en 1961, les GAAR scissionnèrent, la majorité rejoignant la FA pour créer l’UGAC (Union des groupes anarchistes communistes), Lagant et d’autres s’y opposèrent et formèrent le groupe Noir et Rouge, qui poursuivit la publication de la revue. Celle-ci devint un lieu ouvert de débats théoriques et d’analyses du mouvement libertaire et eut une certaine influence lors des évènements de mai 1968. C’est au cours de ce mouvement que la plupart des membres du groupe, dont Christian Lagant, prirent part aux réunions du groupe Informations et Correspondances Ouvrières (ICO).

Parallèlement, Christian Lagant participait au groupe Jeunes Libertaires et collabora au bulletin éponyme (Paris, 1953-1967) ainsi qu’aux diverses activités clandestines du groupe : aide aux insoumis et déserteurs pendant la guerre d’Algérie, soutien aux activités de la Fédération ibérique des jeunesses libertaires (FIJL) dans ses activités antifranquistes, mise en place d’une filière permettant la vasectomie et la pratique des avortements.

Il fut correcteur et adhéra au Syndicat des correcteurs en juin 1959.

Dans les années 1960, Lagant collabora également au Monde Libertaire, nouvel organe de la FA, et au bulletin Recherches Libertaires (Viry Chatillon-Strasbourg, 9 numéros de décembre 1966 à mars 1972) publié par Michel Hirtzler et Annie Piron.

Lagant a laissé une œuvre graphique, dessins d’inspiration surréaliste, restée inédite.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article136625, notice LAGANT Christian [LAGANT Christian, Robert] par Olivier Ray, mise à jour par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 7 septembre 2016, dernière modification le 7 septembre 2016.

Par Olivier Ray, mise à jour par Marie-Cécile Bouju

SOURCES : Notice de Rolf D, site internet « Sans Patrie ni Frontières ». — Le Réfractaire, décembre 1978 (article d’Helyette Bess). — R. Bianco Un siècle de presse… , op. cit.. — Libération, 18 mars 1974. — Daniel Lambert, Mémoires d’ajiste, 2005, Le Nez en l’air. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément