HÉRODET Jean, Marcel

Par Daniel Grason

Né le 24 février 1907 à Maisons-du-Bois (Doubs) ; mouleur ; militant communiste ; volontaire en Espagne républicaine.

Les parents de Jean Hérodet habitaient à la Pointe-de-Saint-Jean (Loiret), ils étaient des antifascistes. Après l’école primaire, Jean Hérodet entra de 1921 à 1924 en apprentissage à Nancy (Meurthe-et-Moselle) où il se forma au métier de mouleur. Il effectua son service militaire comme chauffeur, dans un régiment du Train à Orléans (Loiret). Il travailla cinq ans dans la même ville dans une entreprise de la métallurgie, puis trois ans en Afrique, à Djibouti (Côte Française des Somalis) et à Addis-Abeba (Ethiopie).

A son retour, il habita au 2, quai de Boulogne, à Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine), tout près de l’usine Renault où il travaillait. L’entreprise comptait trente trois mille ouvriers, les grèves du Front populaire l’éveilla à la vie politique, il adhéra au Parti communiste en 1936. Il lisait l’Humanité, l’Avant-Garde, Regards et l’hebdomadaire communiste l’Etincelle qui consacrait dans chacun de ses numéros une rubrique au « Saigneur de Billancourt », Louis Renault.

Il arriva en Espagne en octobre 1937, fut affecté à la XIVe Brigade internationale, au 2e Bataillon de la compagnie de mitrailleuses. Il était fourrier, mais prit part aux combats du Centre, de Caspe, au passage de l’Ebre et à la contre offensive de Corbera. Les responsables du Comité de Parti de la Brigade estimaient qu’il avait mené sa tâche avec : « discipline », « courage » et « abnégation ». Il fut rapatrié en novembre 1938.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article136361, notice HÉRODET Jean, Marcel par Daniel Grason, version mise en ligne le 8 mars 2011, dernière modification le 22 août 2017.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. AVER (dossier MDN). — RGASPI 545.6.1231. BDIC mfm 880/19 (BDIC).

Version imprimable Signaler un complément