LECHERBONNIER Roger, Emile, Laurent, Henri

Par Jean-Pierre Besse

Né le 2 juin 1918 à Paris (XIVe), mort le 15 janvier 1997 Paris (XIIIe arr.) ; instituteur puis PEGC ; résistant ; chef départemental des FFI de Corrèze ; conseiller municipal de Palaiseau.

Les parents de Roger Lecherbonnier habitaient Ville d’Avray (Seine-et-Oise), lors de sa naissance son père était contremaitre. Orphelin de père à quatre ans, il fut placé en orphelinat de neuf à treize ans à Saint-Philippe de Meudon. Puis il résida dans le Lot et il termina ses études à Cahors. Le 1er octobre 1937, il fut nommé instituteur intérimaire à Aulnay-sous-Bois (Seine-et-Oise).

À la mobilisation générale, il entra à l’École d’application de la Cavalerie et du Train. Cadet de Saumur, il participa du 18 au 21 juin 1940 à la défense des ponts de la Loire face à l’armée allemande. Démobilisé en février 1941, il s’était marié à Villemur (Haute-Garonne) en août 1940 avec une institutrice, Juliette Miral, et le couple obtint un poste d’enseignant dans le Lot à Terrou.

Il participa à la résistance à partir de janvier 1943. Dénoncé début 1944, il rejoignit les maquis FTPF du Lot, sous le pseudonyme d’" Antoine ". Il fit partie de l’Etat Major et conduisit les combats, particulièrement dans le Nord du département. En juillet 1944, il fut nommé commissaire aux opérations en Corrèze et devient chef départemental FFI. En août 1944, il régla, avec les responsables de l’Armée secrète, les conditions de la reddition de la garnison allemande de Tulle. Nommé Lieutenant-Colonel FFI, il dirigea la délégation départementale, et à ce titre il exerça l’autorité militaire sur le département. Roger Lecherbonnier s’engagea alors pour la durée de la guerre. Après la campagne d’Allemagne, nommé Capitaine de réserve, il embarqua pour l’Indochine. A l’expiration de son séjour colonial, en congé sans solde, il se retira à Saïgon, où sa femme était institutrice.

Il réintégra l’enseignement en octobre 1954, d’abord au lycée Chasseloup Laubat (Saïgon) puis directeur des études à l’Ecole d’Enfants de troupe de Dalat (Cap Saint Jacques Viet-Nam) puis Autun (Saône-et-Loire).

Le 1er janvier 1958, il fut nommé instituteur à Massy (Seine-et-Oise) puis PEGC au CES de Verrières-le-Buisson.

Il fut élu conseiller municipal de Palaiseau et adjoint aux affaires scolaires en 1965. Il devint l’année suivante président du syndicat intercommunal de l’enfance inadapté. Retraité en juin 1973, il se retira à Massy où il résida jusqu’en 1997.
Lors de son décès, il était membre du conseil national de l’ANACR.
L’IMPRO de Palaiseau porte son nom.

Roland Lecherbonnier était titulaire de la Croix de Guerre 1939-1945 avec deux étoiles de Vermeil, de la médaille de la Résistance avec Rosette. Il était aussi officier des Palmes Académiques et chevalier de l’Ordre National du Mérite.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article136218, notice LECHERBONNIER Roger, Emile, Laurent, Henri par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 11 février 2011, dernière modification le 5 mars 2011.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : site ADPEP 91.— Le journal de la Résistance, février 1997.— Etat civil de Massy et Paris. – Note de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément