BAUMESTER Théodore Eugène

Par Philippe Darriulat

Né et mort à Paris (20 janvier 1809-14 mai 1892 à Belleville) ; musicien des rues et chansonnier.

Eugène Baumester
Eugène Baumester
Cliché fourni par Philippe Darriulat

Fils de musicien ambulant, il quête, dès l’âge de 4 ans, pour son père qui chante Partant pour la Syrie auprès de la colonne. Pendant quatre-vingt années il va arpenter les rues de la capitale pour faire entendre des refrains de sa composition ou empruntés à ses amis des goguettes qu’il fréquente avec assiduité. Il s’accompagne à la guitare et parfois avec un orgue.

Véritable figure de la chanson des rues pendant la quasi-totalité du siècle, il a largement participé à la diffusion et la popularisation des refrains créés dans l’enceinte des sociétés chantantes. Les recueils qu’il publie sont largement diffusés et se retrouvent régulièrement dans les balles des colporteurs : en novembre 1867 il en fait estampiller 1000 exemplaires par la censure impériale. Il n’écrit pas de couplets politiques mais préfère la romance sentimentale et les chansons à boire. Malgré l’importance de ses publications il doit, en 1863, faire appel à la solidarité des goguettiers qui se mobilisent pour lui.

Baumester n’a jamais été un auteur de refrains militants. Le rôle tout à fait exceptionnel qu’il a joué dans le milieu des chansonniers de la capitale, l’importance et la diversité du répertoire qu’il interprétait lui ont valu une grande renommée et une grande popularité tant auprès de ces collègues que du public des rues de la capitale.

Il aurait eu 22 ou 24 enfants ; l’état civil reconstitué de Paris en mentionne 17 de 1835 à 1855.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article136130, notice BAUMESTER Théodore Eugène par Philippe Darriulat, version mise en ligne le 13 janvier 2011, dernière modification le 22 janvier 2019.

Par Philippe Darriulat

Eugène Baumester
Eugène Baumester
Cliché fourni par Philippe Darriulat

ŒUVRE : La Chanson des rues : recueil de romances, chansonnettes comiques, gaudrioles, barcarolles, chansons grivoises, etc. entièrement inédites publiées par Eugène Baumester, Paris : E. Vert, 1850-1874 . — Chansons du peuple publiées par Eugène Baumester, Paris, Durand, (1848).

SOURCES : AN : ABXIX 708 (collection Bachimont) ; F18 553 ; F18 555. — Etat- civil, Paris — Le Gaulois : littéraire et politique, 8 juillet 1895. — Compléments apportés par sa descendante Nicole Rocland.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément