LACOLLEY Jules, Marie

Né à Lisieux (Calvados) le 16 mars 1851, mort en novembre 1884 ; journaliste ; correcteur au Cri du Peuple de Jules Vallès.

" Fanatique " de la Commune de Paris, sans y avoir pris part à proprement parler, Jules Lacolley vécut par la suite en exil à Jersey. Il appartint à la société des républicains-socialistes réfugiés, fondée dans l’île en juin 1872, et ne revint à Paris qu’après l’amnistie.
Fils d’un horloger-bijoutier, il s’était ruiné par générosité et travailla comme correcteur au Cri du Peuple à partir de sa refondation en octobre 1883.
Il avait été le collaborateur de Secondigné et écrivit avec lui dans La Revanche de 89, fut un des fondateurs du journal Le Succès, fondateur et secrétaire de rédaction du journal Le Uhlan, La Fuite du roi Uhlan, " etc... ", dit un rapport de police du 13 octobre 1883, et se proposait alors de faire paraître La Lanterne des Halles.

Il fut enterré civilement le 7 novembre 1884 au cimetière de Saint-Ouen. Des discours furent prononcés, dont un par Albert Goullé. Ce jour même paraissait, dans Le Cri du Peuple, un article qui le caractérisait ainsi : " Un déclassé. Fils de bourgeois à l’aise, il n’avait qu’à se laisser vivre, qu’à laisser aller sa lourde et bonne calèche au petit trot des habitudes de province. Il possédait assez de fortune pour devenir bientôt un millionnaire, ou pour mener tout de suite la grasse existence des rentiers campagnards. Il se ruina promptement. "

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article135955, notice LACOLLEY Jules, Marie, version mise en ligne le 1er décembre 2010, dernière modification le 30 octobre 2019.

SOURCE : Arch. PPo., B a/1134.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément