VACQUIER Jules, Robert

Par Jacques Girault

Né le 6 janvier 1889 à Cabasse (Var), mort le 9 mars 1965 à Toulon (Var) ; ouvrier à l’Arsenal maritime de Toulon ; conseiller d’arrondissement socialiste SFIO du quatrième canton de Toulon (1925-1940).

Fils de cultivateurs — son père avait résisté au coup d’État de 1851 —, Jules Vacquier effectua son service militaire à Briançon dans l’Infanterie alpine et fut blessé pendant la Première Guerre mondiale. Devenu facteur des postes à La Valette en 1918, il entra ensuite, en 1920, comme ouvrier aux écritures à l’Arsenal maritime de Toulon (Pyrotechnie) où il allait rester jusqu’à sa retraite en 1949.

Socialiste SFIO, candidat du Cartel des gauches-Comité d’union républicaine socialiste, seul en lice, Jules Vacquier obtint, lors de l’élection pour le conseil d’arrondissement, le 19 juillet 1925, 664 voix sur 2 883 inscrits et, ne réunissant pas le quart des voix des inscrits, ne fut élu que le dimanche suivant, avec 384 voix. Il participa au congrès de constitution en 1927 de la Fédération des municipalités socialistes et fit partie, en 1928 (comme secrétaire du comité de La Valette) et en 1932, pour les élections législatives, du comité de soutien du candidat socialiste SFIO.

Ouvrier à la direction de l’artillerie navale, Vacquier habitait La Valette. Après le décès du maire Léon Guérin, il devint conseiller municipal, le 18 septembre 1927. Candidat sur la liste d’union des gauches et d’intérêt local, le 5 mai 1929, il fut réélu.

Lors du renouvellement du conseil d’arrondissement, Jules Vacquier retrouva son siège, le 18 octobre 1931, avec 841 voix sur 3 217 inscrits comme socialiste SFIO-Comité républicain et socialiste. Le sous-préfet indiqua qu’il était « très sympathique » et qu’il entretenait avec lui des « relations cordiales ». A nouveau candidat, le 10 octobre 1937, il obtint 1 004 voix sur 3 993 inscrits et fut élu au deuxième tour, avec 1 558 voix. Selon le sous-préfet, il avait une « grosse influence ».

Jules Vacquier participait régulièrement aux congrès de la Fédération socialiste SFIO et, le 3 décembre 1933, représenta la section valettoise au congrès où se reconstitua la Fédération socialiste SFIO après la scission. Il était alors trésorier du conseil d’arrondissement.

Candidat aux élections municipales sur la liste républicaine socialiste et d’intérêt local du maire sortant, Jules Vacquier obtint, le 5 mai 1935, 268 voix sur 944 inscrits et fut battu, au deuxième tour, comme ses colistiers, avec 353 voix.

Jules Vacquier approuva le vote négatif du député socialiste SFIO Michel Zunino pour la délégation des pouvoirs constituants au maréchal Pétain, le 10 juillet 1940. Lors de la réunion du comité fédéral socialiste SFIO consacrée à la situation des élus pendant la guerre, le 4 décembre 1944, il fut maintenu dans son mandat. Il demeura socialiste SFIO jusqu’à son décès, occupant à nouveau les fonctions de secrétaire de la section de La Valette pendant quelques années.

Lors de la réunion du comité fédéral socialiste SFIO consacrée à la situation des élus pendant la guerre, le 4 décembre 1944, Jules Vacquier fut maintenu dans son mandat. Après 1945, il exerça la fonction de secrétaire de la section socialiste SFIO de La Valette pendant quelques années.

Marié en août 1913 au Luc, Jules Vacquier s’était remarié en février 1924 à Toulon. Père de deux enfants non baptisés, anticlérical, il fut enterré civilement.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article133362, notice VACQUIER Jules, Robert par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 22 septembre 2016.

Par Jacques Girault

SOURCES : 2 M 4 12 7, 6 23, 25, 7 30 3, 32 1, 35 4, 4 M 50, 3 Z 2 10, 14. &#8212. — Arch. J. Charlot (Centre d’histoire sociale du XXeme siècle. Université de Paris I.— Renseignements fournis par le fils de l’intéressé.

Version imprimable Signaler un complément