TOUCHARD Auguste

Par Claude Pennetier

Né le 17 juillet 1892 à Paris, mort le 28 juin 1978 à Paris ; ouvrier tourneur à la RATP, militant syndicaliste, conseiller municipal communiste de Paris et député de la Seine 1945-1951).

Auguste Touchard
Auguste Touchard

Auguste Touchard entra en 1911 comme ouvrier à la Compagnie du métropolitain et adhéra aussitôt au syndicat des ouvriers sur métaux de la Seine. Incorporé en octobre 1913 au 155e RI, il fut blessé en août 1914. Affecté en juillet 1915 aux Établissements Malivet et Brun, il fut rappelé en septembre 1917 et démobilisé en août 1919.

Il fut délégué ouvrier à la commission mixte des transports et délégué au comité intersyndical des services publics. Auguste Touchard fut longtemps l’un des animateurs de l’Union des mécaniciens de la Seine, du syndicat des Métaux de la région parisienne et, après la scission syndicale de 1921 qui le vit passer à la CGTU, il fut, sur le plan national, une figure du syndicat unitaire des Métaux. Il avait fait toute la Première Guerre mondiale et, ensuite, avait participé à la défense des Anciens combattants. Il appartint à la commission exécutive de l’Association républicaine des anciens combattants.

En 1921, Auguste Touchard adhéra au Parti communiste et milita dans le XIXe arr. de Paris. Longtemps il fut conseiller municipal de l’arrondissement et conseiller général de la Seine. En 1924, il entra comme tourneur à la TCRP et devint secrétaire de la cellule du dépôt de Bagnolet. Élu membre de la commission de contrôle de l’Union des syndicats de la Seine en 1925, il devint, l’année suivante, membre de la commission de contrôle de la Fédération unitaire des Transports.

Aux élections législatives de 1932, il fut le candidat de son parti dans la 1re circonscription du XIXe arr., sans succès. La place était alors solidement tenue par Eugène Fiancette* qui allait bientôt rompre avec le Parti socialiste SFIO. Auguste Touchard obtint 4 909 voix sur 23 025 inscrits derrière Fiancette réélu au 1er tour (10 661 voix). A la faveur du Front populaire, Touchard conquit ce siège en 1936. Il était en tête au 1er tour avec 8 606 voix contre Masmonteil, candidat modéré sous l’étiquette républicain-socialiste (7 911), Jean-Maurice Hermann*, SFIO (2 904) et Asplanato, Union républicaine et socialiste (155). Au ballottage, Touchard l’emporta sur Masmonteil par 11 075 voix contre 8 428. Il appartint aux commissions de l’hygiène, des pensions civiles et militaires et de la santé publique. Membre du bureau national de l’ARAC depuis avril 1933, Auguste Touchard en fut élu secrétaire général en juin 1936. Pendant la guerre civile d’Espagne, il accomplit plusieurs missions au-delà des Pyrénées.

Déchu de son mandat de député en 1939, il fut arrêté le 8 octobre et condamné le 3 avril 1940 par le 3e tribunal militaire de Paris à cinq ans de prison pour la constitution du Groupe ouvrier et paysan à la Chambre.

Interné à Maison Carrée en Algérie, Auguste Touchard fut libéré par les alliés et rentra à Paris en septembre 1944. Membre de l’Assemblée consultative, il démissionna en décembre. Élu conseiller municipal du 6e secteur de Paris, il fut membre de l’Assemblée constituante puis élu député de la Seine en 1946. En 1947, il fut élu membre de la commission centrale de contrôle financier. Candidat sans succès en 1951, 1953 et 1956, il militait à la section Fabien-Belleville du PC et était gérant de la Voix du 19e. De 1946 à 1964, Touchard fut vice-président de l’ARAC puis président honoraire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article132866, notice TOUCHARD Auguste par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 29 août 2015.

Par Claude Pennetier

Auguste Touchard
Auguste Touchard

SOURCES : Arch. Ass. Nat., dossier biographique. — Arch. Jean Maitron (fiche Batal). — Le Monde, 30 juin 1978. — RGASPI, 495 270 4927 (pas d’autobiographie).

Version imprimable Signaler un complément