TORTILLET Marius (pseudonyme : M.-T. Laurin et Jean COSTE)

Né à Cherroux (Ain), le 5 septembre 1876, instituteur à Ceyzériat, Tortillet était le véritable animateur du groupe socialiste de Bourg. Il avait adhéré au POF dès 1899, le suivit à l’USR, puis au Parti socialiste SFIO. Il représenta son département au congrès d’unité à Paris, salle du Globe (avril 1905).

Il fut, avant la Première Guerre mondiale, un des fondateurs du syndicat des instituteurs de l’Ain.

Sa mort fut annoncée le 16 février 1930 dans l’Information sociale.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article132854, notice TORTILLET Marius (pseudonyme : M.-T. Laurin et Jean COSTE) , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

ŒUVRE : Sous le pseudonyme de M.-T. Laurin, Tortillet collabora à la Revue de l’Enseignement primaire et primaire supérieur (notes bimensuelles sous le titre « Réflexions d’un instituteur rural sur l’éducation »). Dans Pages libres de Ch. Guieysse (n° 1, 5 janvier 1901), il donna vers 1903 de vivantes monographies sur la Bresse. Il collabora également au Mouvement socialiste, à La Voix des Primaires fondée en novembre 1905, à l’École émancipée (n° 1, 1er octobre 1910), à l’Information sociale. Marius Tortilletvollabora également au Mouvement socialiste d’Hubert Lagardelle ainsi qu’à l’École rénovée, et au Journal des instituteurs. Sous le nom de Jean Coste, il donna à l’Éclaireur de l’Ain une « chronique de l’enseignement » tout au long des années vingt.
Il est l’auteur d’une brochure de 64 p., publiée en 1908, Les Instituteurs et le syndicalisme.

SOURCES : Compte rendu du congrès socialiste d’unité. — Les publications citées aux oeuvres. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes, I, op. cit., p. 14.

ICONOGRAPHIE : Hubert-Rouger, op. cit., p. 13.

Version imprimable Signaler un complément