THOREUX Marcel, Pierre, Georges

Par Nadia Ténine-Michel

Né le 9 janvier 1881 à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine), mort le 27 août 1966 à Saint-Servan ; typographe ; chansonnier et auteur de théâtre.

Marcel Thoreux
Marcel Thoreux
Communiqué par Roger Brignon

Le père de Marcel Thoreux, ancien marin devenu corroyeur à la suite d’un accident de la mer, était républicain radical. Il emmena son fils voir le général Boulanger mais aussi manifester en faveur de Dreyfus.

Marcel Thoreux reçut une bonne instruction primaire à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Devenu typographe, le jeune Thoreux resta dans le sillage paternel, créant une association des anciens élèves de l’école laïque et une Union laïque dont il devait démissionner parce qu’elle ne l’avait pas soutenu dans sa tentative de porter la contradiction à Marc Sangnier*. Selon la police, il participait au mouvement ouvrier en cherchant la « modération et l’apaisement » et était alors surnommé « le chansonnier socialiste ». Syndiqué en 1898, il prit part à la première grève du Livre à Saint-Malo, fut licencié et resta six mois sans travail. Il partit pour Rennes puis Dinard où il travailla dans une imprimerie anglaise qui venait de s’implanter. Il créa le groupe « Églantine » affilié à la Fédération socialiste de Bretagne. Venu à Paris vers juillet 1908, il entra à l’Imprimerie nationale et fréquenta un temps des militants anarchistes avant de rejoindre la 11e section socialiste SFIO de Paris. Il s’intéressa plus particulièrement à l’éducation politique des Pupilles de ce groupement

En août 1914, le discours de Léon Jouhaux* aux obsèques de Jean Jaurès* lui fit approuver l’Union sacrée. Réformé avant la Première Guerre mondiale, Marcel Thoreux fut alors classé dans le service auxiliaire et, durant les hostilités, servit comme infirmier à dater du 25 février 1915 à l’hôpital Ambroise-Paré à Rennes. Il fut démobilisé le 31 mars 1919.

A son retour, il se prononça pour l’adhésion à la IIIe Internationale et, après la scission de Tours (décembre 1920), appartint à la 11e section communiste de la Seine. Marcel Thoreux occupa la plupart de ses loisirs à apprendre aux Pupilles de la section chansons et piécettes dont il était l’auteur, limitant à ce domaine son activité de propagandiste. Toujours considéré comme « excellent ouvrier » à l’Imprimerie nationale, il consacrait l’essentiel de son activité à l’animation du Théâtre ouvrier de Paris qu’il avait créé et dont il écrivait le répertoire. Ainsi, en 1926, il publia au Bureau d’éditions une pièce intitulée : Peuple, tu dors. En 1930, il séjourna pendant trois semaines en URSS comme délégué au congrès de l’Union internationale des théâtres ouvriers. La même année, il publia Aux prolos du XXe, une brochure lancée par le théâtre ouvrier de Paris le 12 septembre 1930.

Retraité, domicilié à Meudon (Seine-et-Oise), Marcel Thoreux s’affirma comme le dirigeant communiste local. Candidat sans succès au conseil municipal en 1929, il prit la tête de la liste communiste en mai 1935 et enleva la mairie au second tour avec une liste de Front populaire. Mais l’élection fut annulée et il fut battu en avril 1936. En janvier 1936, un meeting célébra à la fois son 55e anniversaire et ses 35 ans de vie militante.

Marcel Thoreux se retira dans sa région natale, se maria en août 1939 à Paramé (Ille-et-Vilaine) avec Zélie Guiot et, selon la police, tint un débit de boissons à Saint-Malo pendant la guerre.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article132609, notice THOREUX Marcel, Pierre, Georges par Nadia Ténine-Michel, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 1er mars 2011.

Par Nadia Ténine-Michel

Marcel Thoreux
Marcel Thoreux
Communiqué par Roger Brignon

SOURCES : Arch. Nat. F7/13123. — Arch. PPo. 50. — Arch. Dép. Seine-et-Oise, 2 M 26/20, 30/49, 30/74, 1 W 155. — Arch de Paris, versement 1466 W 1, présence de sa brochureAux prolos du XXe, dans les scellés des documents saisis chez un militant communiste le 6 juin 1941. — L’Observateur du canton de Sèvres, 11 et 25 janvier 1936. — Rens. mairie de Meudon.- Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément