TESSIER Gaston [Blois]

Par Thérèse Burel

Né le 20 septembre 1882 à Blois (Loir-et-Cher), mort le 12 septembre 1969 à Blois ; ouvrier typographe ; militant syndicaliste et communiste.

Fils d’un ébéniste et d’une couturière, Gaston Tessier fut apprenti, puis ouvrier typographe à Saint-Aignan, à Blois, enfin à Paris. Membre du syndicat du Livre CGT depuis 1899, il en fut élu en 1906 secrétaire à Blois ; il était alors de tendance guesdiste.

Gaston Tessier revint de la Première Guerre mondiale avec la Médaille militaire et la Croix de guerre et figura comme ouvrier typographe à Blois sur la liste socialiste unifiée aux élections législatives de 1919 en Loir-et-Cher. Gaston Tessier et Besnard-Ferron* arrivèrent en tête de cette liste avec une moyenne d’environ 15 % des voix et 18,12 % dans le Vendômois, secteur où le socialisme était le plus anciennement implanté. En octobre 1919, Gaston Tessier était secrétaire adjoint de l’Union des syndicats du Loir-et-Cher. Il fut vraisemblablement l’animateur des grèves des ouvriers du Livre de Blois, le 3 juillet 1919 et les 29-30 octobre suivants.

Tête de liste du Bloc ouvrier et paysan aux élections législatives en 1924, Gaston Tessier obtint 1 298 voix sur 75 880 inscrits, soit 1,7 %. Ayant perdu son emploi, il s’installa à Boulogne-Billancourt (Seine). En juin 1926, il fut délégué au Ve congrès du PC à Lille. A nouveau candidat communiste aux élections législatives de 1928 dans la circonscription de Vendôme le 22 avril 1928, au premier tour, il obtint 462 voix au premier tour puis 112 au second sur 20 292 inscrits.

Suppléant de la commission exécutive de la CGTU, Gaston Tessier devint en 1926 trésorier de la Fédération unitaire du Livre, dirigée par Louis Schumacher*, fut reconduit à cette fonction lors du congrès de 1928 puis accéda aux fonctions de secrétaire en 1929 avant d’être secrétaire général de 1930 à 1936.

Il se présenta encore aux élections législatives de 1932 à Vendôme, obtenant 457 voix au premier tour puis 142 voix au second sur 19 979 inscrits. En avril 1936, Gaston Tessier obtint au premier tour 1 914 voix sur 20 065 inscrits et se désista au second tour pour le candidat du Front populaire, Besnard-Ferron* qui avait quitté le Parti socialiste en 1934. Au cours de son action syndicale et politique, Gaston Tessier tint de très nombreuses réunions et, en octobre 1937, se présenta aux élections au conseil général dans le canton de Savigny et obtint 200 voix sur 1 695 suffrages exprimés. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, il était responsable communiste pour les IXe, Xe et XIe arr. de Paris.

Chargé d’organiser la publication de l’Humanité clandestine, Gaston Tessier fut arrêté le 19 décembre 1939 et interné à Baillet-en-France (Seine-et-Oise) puis dans divers camps en France et en Algérie, et pour finir à celui de Bossuet (département d’Oran). Libéré le 1er mai 1943, il travailla comme typographe à Alger.

Secrétaire de la Fédération du Livre jusqu’en 1952, membre du comité fédéral de la Seine à la Libération et maire adjoint du Xe arr. de Paris de la Libération jusqu’en 1950, Gaston Tessier revint à Blois en 1957. Mais déjà en mars 1954, il avait été candidat au conseil général dans le canton de Savigny à des élections partielles. Retiré à Blois, il milita au Parti communiste jusqu’à ses derniers jours. Il était secrétaire des Vétérans du parti du Loir-et-Cher et président départemental de l’ARAC.

Son fils, Jacques, lieutenant des FTP, avait été fusillé par les Allemands.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article132231, notice TESSIER Gaston [Blois] par Thérèse Burel, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Thérèse Burel

SOURCES : Arch. PPo. 300. — Arch. Dép. Loir-et-Cher, série M. — D. Ferrisse, Socialistes et communistes en Loir-et-Cher de 1914 à 1925, MM, Tours, 1971. — Le Progrès de Loir-et-Cher. — A. Moine, Déportation et Résistance en Afrique du Nord, op. cit. — Les Ouvriers du Livre et leur Fédération, Temps actuels, 1981. — Le Travailleur, 8 mai 1980. — Rens. de J. Dupuy et G. Larcade.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément