STRADY Léon, Gaston

Par Yves Le Maner

Né le 9 février 1903 à Liessies (Nord), fusillé comme otage le 14 août 1942 au fort du Vert-Galant à Wambrechies (Nord) ; ouvrier ; militant syndicaliste CGT ; militant communiste ; résistant.

Fils d’un artisan cordonnier établi à Crespin (Nord), Léon Strady adhéra aux Jeunesses communistes dès son entrée à l’usine de Blanc-Misseron, à Quiévrechain. Trésorier de la cellule de Crespin-Quiévrechain-Quarouble du Parti communiste pendant plusieurs années, il en devint le secrétaire dans le courant des années 1930. Membre du bureau du rayon communiste de Valenciennes, il se chargea plus particulièrement de la liaison avec les militants belges travaillant dans les usines de la zone frontalière.
Élu conseiller municipal de Crespin en 1935, Léon Strady devint, à partir de 1936, l’un des principaux leaders du Parti communiste dans le Valenciennois, assurant le secrétariat de la section de Valenciennes-Est. Victime d’un accident du travail, ne se déplaçant plus qu’avec des béquilles, il fut embauché par la Compagnie des tramways de Valenciennes et devint délégué suppléant du personnel des ateliers et remises en avril 1939. Pour compléter ses revenus, il avait repris l’échoppe paternelle de cordonnier. Extraordinairement actif, il assuma les fonctions de secrétaire du syndicat CGT unifié du Textile de Blanc-Misseron de 1936 à 1939, bien qu’il n’y soit plus employé.
Membre de la résistance locale dès le début de l’Occupation, Léon Strady appartint aux Francs-tireurs et partisans (FTP) ; lieutenant, il était chargé de récolter les renseignements sur les déplacements des unités allemandes. Arrêté une première fois en avril 1941, il le fut à nouveau, sur dénonciation, le 19 août suivant. Il a été fusillé comme otage le 14 août 1942 au fort du Vert-Galant, à Wambrechies, en représailles à l’attentat du 12 avril 1942 qui avait eu lieu à Lens.
Le grade d’adjudant lui fut conféré à titre posthume.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article131717, notice STRADY Léon, Gaston par Yves Le Maner, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 24 février 2017.

Par Yves Le Maner

SOURCES : Arch. Nat., F7/13119. – Arch. Dép. Nord, M 154/191 et M 595/35. – Hugo Iéria, Les Militants ouvriers du Valenciennois de 1919 à 1939, mémoire de maîtrise, Lille III, 1974. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit. – Rens. ministère des Anciens Combattants.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément