SARRAUDE Charles

Par Justinien Raymond et Jean Gaumont

Né le 18 mars à Biarritz (Basses-Pyrénées) ; instituteur ; militant socialiste des Basses-Pyrénées ; coopérateur.

Fils d’un domestique, Charles Sarraude entra, après l’école primaire, à l’École primaire supérieure de Salies-de-Béarn. Il y prépara l’École normale d’instituteurs où il fut admis dans la promotion 1900-1903. Après avoir occupé quelques postes secondaires, il fut nommé à Biarritz en 1907. Il y reconstitua la section de la Ligue des droits de l’Homme dont il fut élu secrétaire. À ce titre, il organisa avec l’avocat Ferron, secrétaire départemental, et le Dr Élie Pécaut, directeur du journal La Frontière, le rassemblement du 13 octobre 1909 contre l’exécution de Francisco Ferrer, qui réunit plus de 3 000 personnes, place Saint-Esprit. Charles Sarraude fut élu en 1910 au conseil d’administration de l’Amicale des Instituteurs, en devint le secrétaire adjoint, puis le secrétaire général, responsabilité élargie ensuite à la fédération du Sud-Ouest.

En 1910 aussi, Charles Sarraude adhéra à la section du Parti socialiste SFIO. En mars 1914, avec son camarade Brasquet, il fit reparaître La Tribune socialiste et en fut un rédacteur assidu. Charles Sarraude remplaça en 1920 Jean-Baptiste Brasquet* décédé comme secrétaire de la section socialiste, fonction qu’il assumait encore en décembre 1963. Il avait suivi les néo-socialistes en novembre 1933 et était devenu secrétaire général de l’Union socialiste républicaine des Basses-Pyrénées. Revenu à la SFIO en 1936, il anima les activités culturelles du Front populaire à Biarritz. Il était en outre secrétaire départemental de la Fédération générale des retraités.

Depuis 1916, quand il fonda avec Albéric Poitrenaud* et Castex la société coopérative « Biarritz-Coopérative » dont il fut, dès le début, administrateur, Charles Sarraude ne cessa d’exercer une activité coopérative soutenue. Ayant amené sa Société à la fusion avec celle de Bayonne, ce qui constitua l’Union des coopérateurs du pays basque et de l’Adour, en 1930-1931, il en devint administrateur, puis vice-président en 1959, chargé spécialement des questions de propagande et d’éducation. Suivant assidûment les congrès régionaux de sa fédération du Sud-Ouest, il prit part aussi à plusieurs congrès coopératifs nationaux, notamment en 1929 (Royan) où il fut élu membre du Conseil central (administration de la FNCC, du MDG et de la BCF) mais il s’en retira volontairement en 1932. Au congrès national de 1958 à Grenoble, il intervint en faveur d’un renforcement du contrôle financier des sociétés coopératives.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article130511, notice SARRAUDE Charles par Justinien Raymond et Jean Gaumont, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Justinien Raymond et Jean Gaumont

SOURCES : Renseignements fournis par l’intéressé. — Jean Gaumont, Le Coopérateur de France, 23 janvier 1960. — Le Travail. — La Tribune socialiste.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément