ROUSSON Léo, Janvier

Par Jean-Michel Gaillard

Né le 23 janvier 1900 à Ners (Gard), mort le 1er juillet 1968 à Nîmes (Gard) ; instituteur ; militant communiste du Gard ; résistant.

Fils d’instituteurs qu’il qualifiait de "Vieux républicains front populaire sans parti", Léo Rousson poursuivit ses études jusqu’à l’entrée à l’École normale de Nîmes en 1917 puis fut nommé définitivement instituteur public à Concoules (Gard) à compter du 1er janvier 1921 ; il se syndiqua au SNI.

En 1924, il aurait adhéré au Parti communiste (ou plutôt membre du groupe Clarté). Devenu instituteur dans le bassin minier du Gard, il se lança dans une entreprise originale : créer des colonies pour les enfants d’ouvriers du bassin houiller et notamment de la ville d’Alès dont la municipalité était communiste. Dès 1931, il fit un premier essai dans une petite baraque de Sète avec quelques enfants, puis créa en 1932 « L’Enfance ouvrière au grand air » à Masméjean dans le massif du Mont-Lozère et enfin, en 1933, grâce à l’aide de sa femme Jeanne Rousson, de Georges Dupuy* et Victorine Dupuy*, il édifia le camp de la mairie d’Alès à Carnon (Hérault) au bord de la mer, parachevant ainsi l’édification d’un petit complexe de colonies accueillant les enfants d’ouvriers du bassin houiller du Gard.

Membre du Parti communiste depuis 1931 (selon son autobiographie), secrétaire de la cellule communiste de Mas-Dieu-Laval (commune de Laval-Pradel, dans le bassin houiller des Cévennes gardoises ; le Mas-Dieu est un village de cette commune) en 1932, Léo Rousson était assisté de Jules Laupies*, trésorier. La cellule comptait alors sept membres. Il était membre du comité régional du Gard en 1939.

Léo Rousson participa à la Résistance ; Membre du Front national du Gard, il fut secrétaire du Comité départemental de Libération clandestin de ce département

Il était marié à une institutrice.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article130008, notice ROUSSON Léo, Janvier par Jean-Michel Gaillard, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 15 mai 2018.

Par Jean-Michel Gaillard

SOURCES : RGASPI, 495 270 4731, 517 1 1908. — SHD, Caen, 21 P 622656 (dossier de Gabriel Guiraud*). — Arch. Nat. F7/13130. — Interview de Jeanne Rousson. — Le Cri d’Alès.— Etat civil. — Note de Jacques Girault.— Note d’André Balent.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément