ROUCAUTE Roger [pseudonyme de résistant : colonel Lazare]

Par Jean-Michel Gaillard, Jean Maitron

Né le 20 avril 1912 à Cendras (Gard), mort le 15 octobre 1991 à Saint-Hilaire-de-Brethmas (Gard) ; employé ; militant communiste du Gard, membre du bureau fédéral ; résistant, commandant des FTPF de la zone Sud ; membre du comité central du PCF (1945-1964) ; député (1944-1951, 1956-1958 et 1962-1978) ; maire d’Alès (1965-1985).

Une partie de l’état-major FTP de la Zone Sud, en septembre 1944 : en civil, à gauche, Léon Mauvais ; au centre Raymond Guyot, à droite Eugène Hénaff, entouré des colonels Brun (Raymond Perinetti) et Lazarre (Roger Roucaute).

Fils d’un mécanicien de route au PLM, Albert Roucaute* et frère de René Roucaute*, Roger Roucaute poursuivit ses études à l’école primaire puis à l’école primaire supérieure et technique d’Alès jusqu’à l’âge de seize ans et, titulaire du brevet élémentaire, devint employé de bureau puis employé municipal jusqu’en 1937 dans la municipalité communiste. Son père, Albert, avait été élu conseiller municipal communiste d’Alès en 1925, 1929 et 1935. Membre de la CGTU en 1930 (ou 1934 selon les sources), il adhéra au Parti communiste et aux Amis de l’Union soviétique à son retour du service militaire en 1934. Il devint secrétaire de la section d’Alès de son parti en 1936 et membre du bureau fédéral du Gard en 1937. Il écrivait dans Le Cri du Gard, hebdomadaire de la section communiste d’Alès résultant de la fusion du journal régional Le Travailleur du Languedoc avec le journal local Le Cri d’Alès en 1934. Secrétaire adjoint du « Cercle du prolétariat » ouvert à Alès le 1er janvier 1935, il organisa la campagne pour les élections législatives de 1936 dans la circonscription d’Alès et participa à la création du comité du Front populaire la même année. Instructeur du comité central après avoir suivi les cours de l’École régionale du parti (1937), il fut affecté à la région de l’Aisne (Saint-Quentin) et écrivit de nombreux articles dans L’Exploité de l’Aisne.

Roger Roucate affirma en 1945 à propos du Pacte germano-soviétique : « J’ai pleinement approuvé et compris la portée du pacte, j’ai engagé une campagne publique pour l’expliquer dès avant l’illégalité (Tergnier dans l’Aisne) ». Mobilisé, il milita activement sous l’Occupation, fut l’adjoint de Hubert Ruffe* et devint colonel FTP, commandant pour la zone sud. À la Libération, l’Association nationale des anciens FFI et FTP lui confia la direction de son journal : France d’abord. Il appartint à l’Assemblée consultative provisoire puis aux deux Assemblées constituantes. Élu de l’Ardèche à l’Assemblée nationale en 1946, battu en 1951, il fut réélu en 1956, battu en 1958 et à nouveau élu, mais dans le Gard, en 1962, 1967, 1968 et 1973, il ne se représenta pas en 1978.

Il avait suivi les cours de l’école centrale de 4 mois fin 1948-début 1949 Roger Roucaute avait été élu membre suppléant du comité central du Parti communiste au Xe congrès (Paris, juin 1945). Il devint titulaire au XIIIe congrès (juin 1954) et siégea jusqu’en 1964. Il était responsable aux cadres pour le Parti communiste en 1954 et 1955. En 1957, le Parti lui demanda de prendre le secrétariat politique du groupe parlementaire.

Roucaute devint maire d’Alès (Gard) en 1965 puis reconduit dans ses fonctions en 1967, à la suite de l’annulation de l’élection municipale par le Conseil d’État, puis fut réélu en 1971, 1977 et 1983, il abandonna sa fonction en 1985 au profit de M. Gilbert Millet.

En juillet 1977, Roger Roucaute écrivit au secrétaire de la Fédération communiste du Gard pour l’informer qu’il ne solliciterait pas le renouvellement de son mandat législatif en mars 1978 afin de « permettre à des militants plus jeunes d’accéder à des responsabilités électives départementales. » Il fut conseiller général du Langedoc-Roussillon depuis 1962.

Bon propagandiste et bon organisateur, selon la direction du PCF, il laissa la souvenir d’une forte personnalité

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article129730, notice ROUCAUTE Roger [pseudonyme de résistant : colonel Lazare] par Jean-Michel Gaillard, Jean Maitron, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 10 septembre 2015.

Par Jean-Michel Gaillard, Jean Maitron

Une partie de l’état-major FTP de la Zone Sud, en septembre 1944 : en civil, à gauche, Léon Mauvais ; au centre Raymond Guyot, à droite Eugène Hénaff, entouré des colonels Brun (Raymond Perinetti) et Lazarre (Roger Roucaute).
Roger Roucaute (colonel Lazare) en septembre 1944 (détail de la photo précédente)

SOURCES : Arch. Vassart. — Le Cri d’Alès. — L’Exploité de l’Aisne, 1938-1939. — Le Monde, 27 juillet 1977. — Lettre de Roger Roucaute.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément