ROBERTFRANCE Jacques [FRANÇOIS Raymond, Pierre, Auguste dit]

Par Nicole Racine

Né le 11 octobre 1897 à Paris XVe arr. (non à Saint-Florent-le-Vieil, Maine-et-Loire, comme on l’écrit généralement) ; mort le 13 octobre 1932 à Versailles (Seine-et-Oise) ; secrétaire général des éditions Rieder, secrétaire de rédaction de la revue Europe.

Prématurément disparu à l’automne 1932 à l’âge de trente-cinq ans, Jacques Robertfrance était entré très jeune aux éditions Rieder et à la revue Europe fondée à ces mêmes éditions en 1923, sous l’égide de Romain Rolland*. Son activité à la revue et aux éditions se confondirent pendant quelques années : chef de publicité puis secrétaire général des éditions Rieder, il en assuma la direction littéraire en même temps qu’il remplissait la tâche de secrétaire de rédaction d’Europe, en 1927-1928, avec Jean Prévost. Il entretint une correspondance suivie avec Romain Rolland* qui voyait en lui un des meilleurs auteurs de la jeune génération passée par l’épreuve de la guerre et qui joua auprès de lui, le rôle de mentor. Jacques Robertfrance admirait l’auteur d’Au-dessus de la mêlée dont il avait lu à l’âge de dix-sept ans les écrits contre la guerre. Mobilisé en 1916, n’ayant pas voulu faire état de sa maladie de cœur, il combattit à Verdun.

A la fin de 1928, désireux d’être suppléé à Europe pour se consacrer aux éditions Rieder, Jacques Robertfrance et Albert Crémieux* (voir Albert Isaac Crémieux*), directeur de la revue, proposèrent à Jean Guéhenno* de prendre la place de René Arcos* à la rédaction en chef, tâche dont celui-ci voulait être déchargé. Robertfrance continua à écrire dans Europe où il s’occupa notamment de la rubrique « Les Revues », mais se consacra essentiellement à son travail d’éditeur publiant Panaït Istrati*, Jean-Richard Bloch*, Emmanuel Berl*, Paul Nizan*. Il sacrifia à ce travail son œuvre propre de critique et d’essayiste. Les auteurs qu’il avait édités, comme ses collaborateurs d’Europe, en témoignèrent dans le numéro spécial d’hommage que la revue lui consacra, après sa mort, le 15 novembre 1932. Nul mieux que Romain Rolland ne dit l’espoir qui avait été mis en ce jeune écrivain, que les hécatombes de Verdun avaient rendu pacifiste.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article129207, notice ROBERTFRANCE Jacques [FRANÇOIS Raymond, Pierre, Auguste dit] par Nicole Racine, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Nicole Racine

SOURCES : Bibl. Nat. Fonds R. Rolland, Fonds J.-R. Bloch, Fonds M. Martinet : correspondances de J. Robertfrance. — Europe, « A Jacques Robertfrance », 15 novembre 1932 [Icon.]. — Joseph Kvapil, Romain Rolland et les amis d’Europe, Prague, 1971. — Monique Jutrin, « Jean-Richard Bloch et Panaït Istrati », Europe, juillet 1971. — P. Abraham, « La naissance d’une revue », Europe, septembre-octobre 1973. — Nicole Racine, « Jacques Robertfrance, homme de revue et homme d’édition », Sociabilités intellectuelles. Lieux, milieux, réseaux, sous la direction de Nicole Racine et Michel Trebitsch, Les Cahiers de l’IHTP, n° 20, mars 1992.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément