RIBOULET L

Par Maurice Moissonnier

Maçon lyonnais, secrétaire du syndicat CGT des maçons vers 1920-1921, L. Riboulet, qui venait des milieux anarchistes, se rallia au communisme qu’il concevait comme le développement des idées libertaires. Il fut délégué au congrès de la CGT de Lille en 1921 et blessé au cours des affrontements qui opposèrent majoritaires et minoritaires. Partisan de l’action directe, il organisa à Lyon l’action pour le boycott de l’impôt sur les salaires et fut poursuivi. Le 26 juin 1921, il figura au bureau du XIIIe congrès de la région lyonnaise du Bâtiment. Passé à la CGT unitaire, il se dressa contre l’attitude des militants influencés par Henri Fourcade et Henri Raitzon qui voulaient reculer d’un jour et fixer au 30 août 1922 la grève de protestation contre les violences policières du Havre ; avec les communistes il défendit la date du 29 fixée nationalement par la direction confédérale unitaire. Il resta à la CGTU lorsqu’en 1924-1925 une partie des unitaires passèrent à l’autonomie.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article128760, notice RIBOULET L par Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Maurice Moissonnier

SOURCES : Arch. du syndicat des maçons et aides déposées à la BT de Lyon. — Arch. de la BT de Lyon.

Version imprimable Signaler un complément