RAMANANJATO Edmond, Thomas

Par S. Randrianja

Né le 25 juin 1889 à Antananarivo (Madagascar) ; comptable, anticolonialiste.

Ramananjato commença à militer dans les années trente. Ami personnel de Kouyaté, il remplaça ce dernier à la tête de l’Union des travailleurs nègres lorsqu’il fut exclu du Parti communiste. Membre du Comité pour l’amnistie des prisonniers indochinois fondé par Barbusse, il participa le 16 mai 1933 au meeting organisé par ce comité à la salle des Sociétés savantes. Membre également de la Ligue contre l’impérialisme, il la représenta au congrès antifasciste qui se déroula à Paris les 20 et 21 mai 1934. Avec Francis Jourdain*, il fit partie du groupe qui fonda le 2 décembre 1936, à la Mutualité, sous la présidence de Léonie Wanner, l’association « L’Amicale des jeunes coloniaux ». Ramananjato en fut élu vice-président, le président étant Jean Delorme.

Lorsque tous les anticolonialistes décidèrent de se fédérer dans le « Rassemblement colonial », le 20 février 1937, Edmond Ramananjato assista à la réunion constitutive qui eut lieu au domicile de Jean Delorme aux côtés de Deloche qui y représentait le Parti communiste français, Francis Jourdain*, Rzafy Andriamihaingo, président de l’Association des étudiants malgaches, Jean Longuet*. Ramananjato fut aussi le secrétaire du Comité de défense d’André Aliker, gérant du journal révolutionnaire de la Martinique, la Justice, assassiné le 11 janvier 1934.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article128013, notice RAMANANJATO Edmond, Thomas par S. Randrianja, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 25 avril 2014.

Par S. Randrianja

ŒUVRE : Rapport sur Madagascar, 40 p. présenté au congrès international des Noirs et des Arabes (Paris, 12-13 avril 1936).

SOURCE : Ministère de la France d’Outre-Mer (MFOM), fonds SLOTFOM série III, cartons 43, 53, 109, 136.

Version imprimable Signaler un complément