RAFFIN René, François

Par Charles Sowerwine

Né le 28 janvier 1906 à Lent (Ain), fils d’un sabotier et d’une modiste, René Raffin fut délégué du syndicat des employés communaux de Hauteville à la Fédération des employés communaux et hospitaliers de l’Ain lors de sa constitution en décembre 1936. Il fut élu à la commission administrative provisoire (voir Louis Machard*). Candidat du Parti communiste au conseil général de l’Ain pour le canton de Hauteville-Lompnès aux élections des 10 et 17 octobre 1937, il recueillit 135 voix sur 1 154 votants.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Raffin fut emprisonné durant quatre ans et déporté en Allemagne. À son retour, il devint secrétaire de la section communiste de Hauteville, poste qu’il occupait sans doute avant la guerre. Il se présenta de nouveau, sans succès, au conseil général dans le canton de Hauteville en 1945 et en 1955. Il fut président de la Fédération des déportés et internés résistants et patriotes jusqu’à la fin de 1966.

Il épousa Émilie Luns le 15 septembre 1928 à Lent (Ain) et Raymonde Dodille le 16 mars 1938 à Lomprès (Ain). Il mourut le 15 mars 1968 à Saint-Raphaël (Var).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article127944, notice RAFFIN René, François par Charles Sowerwine, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Charles Sowerwine

SOURCE : L’Éclaireur de l’Ain, 13 décembre 1936, 17 octobre 1937, 15 et 22 septembre 1945. — Lettre de Madame Raymonde Raffin. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément