POUVREAU Maryvonne, née DERAZE Maryvonne, Jeanne, Fernande

Par Claude Pennetier

Née le 31 décembre 1912 à Ligueil (Indre-et-Loire), morte le 24 décembre 2002 à Corbeil-Essonnes (Essonne) ; institutrice ; succède à son mari, Marcel Pouvreau**, comme maire communiste de Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne) en décembre 1964, conserve son mandat jusqu’en mars 1977.

Originaire de Touraine, institutrice puis secrétaire de mairie à Voulx puis à Thoury-Ferrottes (Seine-et-Marne), Maryvonne Deraze se maria avec Marcel Pouvreau*, préparateur en pharmacie, en juillet 1936, à Voulx. Marcel et Maryvonne Pouvreau, qui avaient été militants de la section SFIO de Lorrez-le-Bocage depuis 1934, cherchèrent, sans y réussir, à retrouver le contact avec une organisation socialiste. Déçus, ils adhérèrent en 1941 au PCF alors clandestin et participèrent activement au maquis de Voulx où Marcel Pouvreau exerçait la fonction de responsable politique. Maryovnne Pouvreau utilisa ses fonctions de secrétaire de mairie pour fabriquer des faux papiers. Elle participa à la Résistance dans le cadre du Front national.

Elle resta une active militante communiste après la Libération. À la mort de son mari, maire de Dammarie-lès-Lys depuis 1959, elle fut choisie pour lui succéder le 11 décembre 1964. Son action en faveur de l’écale et de la culture, favorisa la réélection de sa liste en 1977, mais lors de l’installation du annonça sa décision de se retirer, laissant la première magistrature municipale conseil elleà Robert Laporte le 19 mars 1977 ; celui-ci conserva cette fonction jusqu’en mars 1983. Elle était décrite comme « discrète », « souriante », « disponible », « coquette », « élégante » dans les rubriques nécrologiques qui accompagnèrent son décès le 24 décembre 2002, à quatre-vingt-dix ans.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article127243, notice POUVREAU Maryvonne, née DERAZE Maryvonne, Jeanne, Fernande par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Lys magazine, février 2003. — L’Humanité, février 2003. — Notice de Marcel Pouvreau. — Etat civil de Ligueil.

ICONOGRAPHIE : Lys magazine, février 2003.

Version imprimable Signaler un complément