PIAT Roland, Marcel, Georges

Né le 7 novembre 1913 à Paris (XVe arr.), fils d’un cocher et d’une couturière, Roland Piat devint ajusteur-outilleur. Membre des Jeunesses communistes, il adhéra au syndicat CGTU des Métaux en 1930, et au Parti communiste en 1932. Il partit comme volontaire en Espagne républicaine le 3 décembre 1936. Sergent, il appartint au 13e bataillon « Henri-Barbusse », compagnie de mitrailleurs de la 14e Brigade internationale. Il fut rapatrié sanitaire en juillet 1938 à la suite d’une blessure à la jambe gauche et au bras. Dirigé par le docteur Ténine sur l’hôpital de la Pitié, il put y être soigné gratuitement.

Mobilisé en 1938 à Toul, il fut réformé pour un an. En septembre 1939, il fut affecté au 36e régiment d’infanterie puis transféré à la section disciplinaire de la citadelle de Montmédy (Meuse). Il fut fait prisonnier le 7 juin 1940. Évadé dès août, il reprit contact en mai 1941 avec le Parti communiste qui lui confia une imprimerie clandestine. Travaillant sous une fausse identité à Argenteuil (Seine), il poursuivit ses activités jusqu’à son arrestation le 5 mars 1943 (sa femme fut arrêtée également). Interné à la Santé, il fut libéré le 14 août 1944.

Membre de l’AVER, domicilié à Malakoff depuis 1940, Roland Piat y habitait toujours en 1990.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article126114, notice PIAT Roland, Marcel, Georges , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

SOURCES : Arch. AVER — Paloma Fernandez, Le retour et l’action des anciens volontaires français des Brigades internationales, M. M., 1984, Paris I.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément