PEVET Alfred

Né le 3 août 1873 à Romans (Drôme), fils d’un cordonnier, Alfred Pevet, correcteur, fut gérant du Populaire fondé par les socialistes minoritaires de la Haute-Vienne (voir Paul Faure). Il adhéra au syndicat des correcteurs le 1er février 1903 (archives du syndicat). Militant socialiste de la Seine, Pévet parut aux congrès nationaux de Brest (1913). En 1919-1920, il était membre de la commission exécutive de la Fédération socialiste de la Seine. Candidat aux élections législatives de novembre 1919 dans le 2e secteur de la Seine (Ier , IIe , IIIe , IVe , XIe , XIIe , XXe arr.) sur la liste socialiste conduite par Paul-Boncour, il obtint 47 350 voix et ne fut pas élu.

Délégué de la Seine au congrès de Tours (décembre 1920), au titre de la motion du Comité de la IIIe Internationale, dite Cachin-Frossard, il devint le 30 décembre membre de la commission de contrôle de la SFIC Le 1er octobre 1921, il fut délégué de la Seine au conseil national.

En 1922, il fut élu à la commission de contrôle du congrès de Paris (15-20 octobre). Il adhéra à la fin de l’année au Comité de défense communiste, ce qui lui valut d’être écarté de l’Humanité, et sans doute exclu avec les quatre-vingt-six signataires de la déclaration dudit comité (voir Charles Lussy).

Alfred Pevet mourut le 14 novembre 1946 à Toulouse (Haute-Garonne).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article125948, notice PEVET Alfred , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

SOURCES : Arch. Nat. F7/12992. —Arch. Dép. Seine, D3 M3 , n° 52. — L’Humanité, 1919-1920. — L’Internationale, 1er janvier 1921. — Comptes rendus des congrès socialistes. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes III, op. cit., p. 155.

Version imprimable Signaler un complément