PÉTRIGNANI Christophe

Né le 4 décembre 1889 à Croce (Corse), cheminot puis tourneur à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), conseiller municipal socialiste depuis 1925, réélu en 1929, Christophe Pétrignani fut exclu cette année-là du Parti socialiste SFIO comme « promoteur d’une section socialiste-communiste ». Avec François Goudet, il avait été délégué par les syndicats unitaires de Chalon au IIIe congrès de la 6e région CGTU qui se tint à Lyon les 22 et 23 décembre 1928. Secrétaire du syndicat des métallurgistes de Chalon, il dirigea la grève du 1er août 1929 contre « la guerre impérialiste ». Il quitta Chalon pour s’installer à Montceau-les-Mines comme comptable et ouvrit un cabinet d’assurances. En 1935, il conduisit une liste « ouvrière et paysanne » aux élections municipales. Passé au Parti populaire français, il fut chargé en 1940 de le réorganiser au plan local.

En 1941, revenu à Chalon, Pétrignani devint délégué contrôleur à la Légion des volontaires français contre le bolchevisme, puis, l’année suivante participa aux activités locales du Comité ouvrier de secours immédiat. Il fut nommé chef du Comité d’action pour la justice sociale, phalange armée qui se spécialisa dans la recherche des réfractaires. Chef de la Milice locale, il fit régner la terreur sur la ville, participant aux exactions de l’occupant (exécutions de prisonniers) lors de la retraite en 1944. Il revêtit l’uniforme allemand et fut démobilisé à Fribourg (Allemagne) le 9 novembre 1944 comme caporal de la SS.

Arrêté, jugé en septembre 1945, il fut condamné à mort et fusillé le 22 octobre 1945 à Chalon.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article125936, notice PÉTRIGNANI Christophe , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13014. — Le Courrier de Saône-et-Loire, 29-30 juillet 1945.

Version imprimable Signaler un complément