PELEPOL Émile [PELEPOL Aimé, Émile, Jules]

Par Jacques Girault

Né le 15 février 1884 à Flassans (Var), mort le 21 mars 1959 au Luc (Var) ; viticulteur ; militant coopérateur ; militant socialiste au Luc ; conseiller d’arrondissement ; résistant ; maire du Luc.

Fils d’un fermier, Émile Pelepol (écrit souvent Pellepol), propriétaire viticulteur au Luc, se maria en août 1907 dans cette commune.

Membre du cercle des Travailleurs et de la section socialiste SFIO, il devint conseiller municipal le 5 mai 1912 avec 381 voix sur 804 inscrits sur une liste comprenant une majorité de socialistes. Après la Première Guerre mondiale, il ne sollicita pas de mandat municipal.

Trésorier de la section de la Ligue des droits de l’Homme, président de la Libre pensée, Pelepol fut candidat pour le siège de conseiller d’arrondissement en 1925. Seul en lice, il ne fut pas proclamé élu, le 19 juillet (411 voix sur 1 752 inscrits) et dut attendre le dimanche suivant où il réunit 265 voix. Réélu le 14 octobre 1931, à nouveau seul candidat (612 voix sur 1 795 inscrits), il ne se représenta pas en 1937. A ce titre, il figurait dans les comités de soutien des candidats socialistes SFIO aux élections législatives de 1928 et de 1932. Dans les années 1930, il représenta la section socialiste SFIO à divers congrès fédéraux. Avec Moïse Pellepol, il contribua à faire revenir Gabriel Barbarroux au Luc pour être candidat et élu au Conseil général en octobre 1934. Un peu plus tard, il certifia qu’il louait une partie de sa maison au conseiller général.

Ouvert aux méthodes modernes de la viticulture, Pelepol fit partie du conseil d’administration de la coopérative vinicole « La Luçoise » du 6 février 1921 jusqu’à sa démission, le 9 septembre 1923. A nouveau administrateur, le 12 septembre 1926, désigné comme président, le 11 septembre 1928, il le demeura jusqu’au 1er avril 1936. Elu à la Chambre d’Agriculture le 20 février 1927, il dirigeait, en 1933, le syndicat des producteurs de fruits, légumes et fleurs du Luc.

Le 17 août 1944, Pelepol, président du Comité local de Libération, fut désigné comme adjoint dans la délégation municipale. Au titre du Mouvement de Libération Nationale, candidat sur la liste « républicaine antifasciste d’unité française », regroupant socialistes et communistes, il fut élu conseiller municipal le 29 avril 1944, puis adjoint au maire, avec 720 voix sur 1 548 inscrits. Le maire Barbarroux ne pouvant remplir ses fonctions, la section socialiste désigna Pelepol pour conduire la liste en octobre 1947. Elle fut élue avec une moyenne de 780 voix sur 1 636 inscrits. Pelepol devint maire et conserva cette responsabilité pendant deux mandats (en 1953, la liste recueillit une moyenne de 847 voix sur 1 627 inscrits).

SOURCES : Arch. Dép. Var, 2 M 6 22, 7 24 2, 14 M 7 2, 6, 18 M 86, 93. — Arch. Mun. Le Luc. — Arch. Jean Charlot (Centre d’histoire sociale du XXeme siècle). — Arch. coopérative vinicole "La Luçoise". — A. Lemonnier, Historique du Conseil général..., op. cit..— Note de Jean-Marie Guillon.
Jacques Girault

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article125345, notice PELEPOL Émile [PELEPOL Aimé, Émile, Jules] par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 19 septembre 2013.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 2 M 6 22, 7 24 2, 14 M 7 2, 6, 18 M 86, 93. — Arch. Mun. Le Luc. — Arch. Jean Charlot (Centre d’histoire sociale du XXeme siècle). — Arch. coopérative vinicole "La Luçoise". — A. Lemonnier, Historique du Conseil général..., op. cit.. — Note de Jean-Marie Guillon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément