PELCOT André, Félix, Ernest

Né le 10 février 1893 au Havre (Seine-Inférieure), mort déporté à à Dora le 13 mars 1944 ; ouvrier mécanicien libertaire.

André Pelcot se maria à Londres le 22 mars 1913 puis vint en France avec sa famille en 1917. Ouvrier mécanicien aux usines Ford à Asnières (Seine, Hauts-de-Seine), Pelcot avait fondé dans cette localité vers 1925 un groupe d’études sociales qui organisa des conférences avec André Colomer, Charles-Auguste Bontemps, Georges Pioch, Raoul Odin et Voline. Maurice Laisant écrivait le 12 août 1984, dans ce groupe « outre Pelcot, dont je revois la barbe majestueuse, il y avait Georges Bovalot (l’animateur), Abel Chausse, Edouard Robert, Boucher, Chauvin, Édouard Blanchard, Marais ». Il participa activement aux grèves de 1936 et défendit dans le Libertaire en avril-mai 1937 l’idée de la constitution de groupes d’entreprises adhérents à l’Union anarchiste (UA).

Arrêté le 28 février 1943 à Roissy-en-Brie, conduit au camp de Compiègne et déporté à Buchenwald le 14 mai 1943, Pelcot mourut à Dora le 13 mars 1944. Le ministère des Anciens combattants lui attribua, en date du 8 mars 1954, le titre de déporté politique mais ne retint pas celui de déporté résistant. Son acte de décès porte la mention « Mort pour la France ».

Il avait épousé Gabrielle Bomin le 20 janvier 1940 à Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article125340, notice PELCOT André, Félix, Ernest , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 11 avril 2017.

SOURCES : Bulletin du CIRA. n° 23/24, 1985. — Rens. secr. d’État chargé des anciens combattants. — Notes de J.-M. Lebas et de John Alridge.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément