PANISSAL Firmin

Par Claude Pennetier

Né le 10 octobre 1886 à Cransac (Aveyron), mort le 8 octobre 1963 à Saint-Maur-des-Fossés (Seine) ; secrétaire administratif de la Fédération nationale CGT des travailleurs du Sous-sol (1934).

Fils d’un ouvrier mineur, lui-même mineur à Auffret-Cransac (Aveyron), membre du Parti socialiste SFIO, Firmin Panissal était, avec Rives, secrétaire adjoint de l’Union départementale des syndicats du bassin houiller de Rodez et environs créée en septembre 1910 (voir Mazars Victor.). Il fut délégué au XIIe congrès de la CGT (Le Havre, 16-23 septembre 1912).
Bien que classé dans le service auxiliaire, il a fait la guerre 1914-1918 au 9e régiment d’artillerie.
Après la guerre, il se fixa dans la région parisienne. Secrétaire du syndicat des ouvriers mineurs et similaires du bassin d’Aubin (Aveyron), il appartenait en 1920 au conseil national de la Fédération du Sous-sol. Devenu rapidement un des permanents de la fédération, il fut délégué de 1919 à 1936 à tous les congrès nationaux de la CGT représentant en 1920 les mineurs d’Aubin ou en 1923 ceux de Faymoreau (Vendée). Trésorier de la Fédération nationale des travailleurs du sous-sol à partir de 1920, en 1934, il devint secrétaire administratif de la Fédération nationale CGT des travailleurs du Sous-sol et similaires (Voir Vigne Pierre). Il était administrateur des oeuvres sociales de la fédération, notamment de la colonie de vacances installée au château de Bordères-sous-leCheuzes (Hautes-Pyrénées)
Domicilié à Levallois-Perret (Seine), Firmin Panissal avait été élu le 12 mai 1929 conseiller municipal socialiste SFIO de la commune. En mai 1935, il dirigea sans succès, avec Alexandre Fougère, la liste socialiste et pupiste contre le maire,Louis Rouquier, qui avait quitté le Parti socialiste en 1933 et conduisait la liste de la municipalité sortante composée de socialistes indépendants, de néo-socialistes et de radicaux de gauche.
Il a épousé Marthe Lazuech et eut une fille. Il résidait 24, avenue Rochambeau à la Varenne-Saint-Hilaire (Seine, Val-de-Marne).
De 1940 à 1944, il fut vice-président de la Société générale du Travail, qui géra l’immeuble de la rue Lafayette, en compagnie d’Auguste Savoie.
Interné à Noisy-le-Sec le 12 septembre 1944, jusqu’au 18 janvier 1945, il ne fit pas l’objet de poursuites judiciaires. Accusé d’avoir soutenu la Charte du travail, il fut exclu à vie de toutes organisations syndicales par la commission nationale de reconstitution des organisations syndicales le 2 novembre 1944.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article124750, notice PANISSAL Firmin par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 10 avril 2017.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat. F 7/13027, 13567, 13599 ; 20160307/35/627596. — Arch. Dép. Seine, D M3 et versement 10451/76/1. — Arch. Dép. Aveyron, 11 M. — C. r. des congrès cités. — Notes de Gilles Morin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément