OROBON FERNANDEZ Valeriano

Né le 4 avril 1901 à Cistierniga près de Valladolid (Espagne), militant anarchiste, il adhéra très jeune à la CNT et fut, en 1919, délégué au fameux congrès de la « Comedia ». Arrêté lors des émeutes de 1924 dans les Asturies, il s’exila en France où, la même année, il devint responsable de la librairie Internationale fondée à Paris. Il fut alors en même temps l’animateur responsable de plusieurs publications anarchistes de langue espagnole : Iberion puis Tiempos Nuevos (n° 1, juillet 1925). Expulsé de France en 1926, il s’installa en Allemagne où ses talents de linguiste lui permirent de gagner sa vie comme traducteur. C’est à Berlin qu’il rencontra sa compagne Hildegart Taege.

Il participa, en 1930, à la Conférence anarchiste internationale de Paris, comme délégué des groupes espagnols. Il retourna définitivement en Espagne après la proclamation de la République (1931) et joua un rôle de premier plan dans le mouvement libertaire espagnol. Il fut élu en 1933, secrétaire de l’Association Internationale des Travailleurs, ce qui ne l’empêcha pas de faire plusieurs séjours en prison, ce qui précipita son décès.

Il mourut de tuberculose, à Madrid (Espagne) le 28 juin 1936.

Son frère aîné, Pedro, fut lui aussi militant anarchiste et milita également en France, notamment à Lyon et Paris et fut, en 1927, délégué pour l’Espagne au Comité International anarchiste de Paris. Il fut tué à Madrid en février 1937.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article124409, notice OROBON FERNANDEZ Valeriano, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 8 mai 2014.

SOURCES : Le Libertaire, 17 juillet 1936. — Notes de Daniel Dupuy.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément