OLIVIER Maurice, Gabriel, Israël

Par Jacques Blanchard

Né le 26 juillet 1905 à Fenioux (Deux-Sèvres), mort le 17 avril 1985 à Niort (Deux-Sèvres) ; instituteur dans les Deux-Sèvres ; militant syndicaliste du SNI ; militant socialiste SFIO.

Maurice Olivier était le fils d’un couple, Gabriel Olivier et Marie Poussard, tenant l’auberge du village, devenue l’Hôtel des voyageurs,

Il fréquenta l’école primaire supérieure de Parthenay de 1917 à 1921, puis l’École normale d’instituteurs de cette ville de 1921 à 1924. Après son service militaire en 1924-125 au 32e régiment d’infanterie, qu’il termina comme sous-lieutenant de réserve, il exerça comme instituteur dans les Deux-Sèvres, dans les localités proches : à Saint-Martin-du-Fouilloux de 1925 à 1927, à Secondigny en 1927-1928, puis dans son village natal, Fenioux de 1928 à 1933. Il se maria dans la commune voisine, à La Chapelle-Thireuil, le 5 août 1933, avec une institutrice, Hermanne Gaborit.

Le couple enseigna à Exireuil de 1933 jusqu’à la retraite en 1960, puis se retira à Niort, 105 rue de la Corderie.

Maurice Olivier adhéra au Syndicat national des instituteurs, avec toute sa promotion de troisième année d’école normale, en 1923-1924. Il fut élu au conseil syndical départemental de 1927 jusqu’à sa retraite en 1960. En 1931, il devint secrétaire général de la section départementale du Syndicat national (CGT). À ce titre, en avril 1934, il participa aux travaux du Comité d’entente intersyndical des instituteurs des Deux-Sèvres qui regroupait des représentants du SN et du Syndicat de l’enseignement laïque, syndicat unitaire dirigé par Jean Lauroua. En décembre 1935, lorsque les instituteurs formèrent le Syndicat national des instituteurs fusionné, Maurice Olivier en devint le secrétaire général (voir Élie Fernande et Marcel Fougère) et le demeura jusqu’en décembre 1938. Il fut alors remplacé par Métois, et en 1939, représentait le SNI à la section départementale de la Fédération générale de l’enseignement et au Cartel des services publics.

À la Libération, il participa à la reconstitution de la section départementale du SNI et en fut élu en 1945, secrétaire adjoint pour les questions administratives, Georges Ciosi étant secrétaire général.

Il fut également très actif au sein de la Fédération nationale des combattants républicains.

Maurice Olivier était, au début des années 1950, le responsable socialiste SFIO et de la propagande dans la région de Saint-Maixent. Après sa prise de retraite, il devint membre du bureau de la fédération socialiste SFIO.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article124330, notice OLIVIER Maurice, Gabriel, Israël par Jacques Blanchard, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 14 décembre 2018.

Par Jacques Blanchard

SOURCES : Arch. Dép. Deux-Sèvres, 4M 11/4, 11 M 8/5, état civil. — JO, lois et décrets, 27 juin 1925. — Arch. Mun. Niort (Sylvie Dubuc). — OURS, fédération SFIO des Deux-Sèvres. — Fondation Jean Jaurès, 12 EF 79. —Bulletin de la section des Deux-Sèvres du SNI, 1934-1946. — Enquête auprès du militant. — RGASPI, 495 270 5057, dossier à son nom au Komintern, pas encore consulté. — Notes d’Alain Dalançon et de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément