NOËL Joseph

Par Yves Le Maner, Claude Pennetier

Né le 7 avril 1892 à Liévin (Pas-de-Calais), fusillé comme otage à la citadelle de Lille (Nord) le 15 septembre 1941 ; mineur ; maire communiste de Drocourt (Pas-de-Calais).

Fils d’Anaïse Massinon, ménagère, reconnu par acte de mariage de sa mère, et d’Adolphe Noël, célébré le 2 janvier 1900 à Hénin-Liétard (Hénin-Beaumont, Pas-de-Calais), Joseph Noël était ouvrier mineur à la fosse no 1 des Mines de Drocourt (dite « La Parisienne ») et tenait aussi un modeste salon de coiffure dans cette localité.
Membre du Parti communiste depuis 1921, délégué mineur unitaire suppléant, il était en 1934, trésorier du syndicat CGTU de sa fosse de travail (voir Louis Doisy) et trésorier de la cellule locale du PCF (voir Georges Vandeputte). Lors de la fusion syndicale de 1935, Joseph Noël devint trésorier adjoint du syndicat unique. Il avait fait partie de la commission administrative du syndicat CGTU des mineurs du Pas-de-Calais de 1921 à 1935.
Élu maire de Drocourt, il fut démis de son mandat en septembre 1939, en application du décret Daladier. Arrêté par la police française (ou par la Feldgendarmerie) à titre d’otage, le 21 juin 1941, après la grève des mineurs de mai-juin, il fut livré à la Gestapo. Incarcéré à la prison d’Huy (Belgique), il fut ramené en France, à la caserne Négrier de Lille, pour être fusillé comme otage à la citadelle de Lille le 15 septembre 1941, en représailles aux attentats à l’explosif dans le Nord. Ont été fusillés avec lui : Albert Deberdt, Louis Doisy, Henri Ployard* et Hugo Zajac*.
Joseph Noël s’était marié le 13 juillet 1912 à Drocourt (Pas-de-Calais) avec Laure Dubois et était père de deux enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article124090, notice NOËL Joseph par Yves Le Maner, Claude Pennetier, version mise en ligne le 24 mars 2014, dernière modification le 24 février 2017.

Par Yves Le Maner, Claude Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen (Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 5221 et M 5304. – Liberté, 2 et 3 février 1945. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément