MONTUSÈS Ernest, Jean [SEMONSUT, dit]

Par Justinien Raymond

Né le 4 avril 1880 à Montluçon (Allier), mort le 9 novembre 1927 à Montluçon ; instituteur, puis employé de mairie, représentant de commerce, journaliste ; militant socialiste de l’Allier ; conseiller municipal.

Le vrai nom de Montusès était Semonsut. Il exerça comme instituteur public, puis dut très vite renoncer en raison de son mauvais état de santé. Il travailla alors comme bibliothécaire à la ville de Montluçon. Il collaborait à L’Indépendant de l’Allier dont le directeur Henry Pinguet l’orienta vers le POF. Il collabora plus tard au Socialiste de l’Allier dont il sera secrétaire de rédaction en 1902 ; il sera aussi secrétaire de Combat. Au début du siècle, Ernest Montusès était secrétaire d’un des trois groupes guesdistes de Montluçon et, en 1902, secrétaire adjoint de la fédération du POF qu’il représenta aux congrès nationaux d’Issoudun et de Commentry (1902). Il participa au congrès d’unité de la salle du Globe à Paris (avril 1905) et fut délégué par la fédération socialiste SFIO aux congrès de Toulouse (1908), Nîmes (1910), Saint-Quentin (1911), Lyon (1912) et Brest (1913). De 1908 à 1912, il fut adjoint au maire de Montluçon. Révoqué en 1904 de ses fonctions de bibliothécaire, pour raisons politiques, il était entré alors à la maison Thivrier (voir Christophe Thivrier), épousant la fille du « député en blouse ». Il prit ensuite un commerce de vins en gros à Montluçon. Après deux échecs, Ernest Montusès fut élu conseiller du canton de Montluçon-Est par 1 479 voix en 1907, de celui du Montet par 1 127 en 1910.

Instituteur réformé, employé de mairie révoqué, Ernest Montusès, devenu représentant de commerce à Montluçon (Allier), fut élu conseiller général socialiste en 1919. Délégué au congrès de Tours (décembre 1920), il suivit la majorité au Parti communiste. Il assura, de 1922 à 1926, la fonction de directeur du journal communiste, le Travail. Pressenti comme candidat pour les élections législatives de 1924, il dut renoncer à la demande de la direction nationale, le parti souhaitant que la liste soit constituée exclusivement d’ouvriers et de paysans. Maurice Garay fut chargé en 1925 d’une enquête sur Montusès par la direction national du Parti communiste. En 1926 Le Travail disparut au profit de l’Émancipateur du Centre publié à Bourges sous la direction de Maurice Boin. Ernest Montusès fut un temps secrétaire départemental du Secours rouge international.

Historien de Montluçon et biographe de Christophe Thivrier (Le député en blouse), il publia plusieurs recueils de poésie et des romans aux thèmes sociaux : L’âge de fer (1919), Les cimes (1924). Sa dernière œuvre politique intitulée Les ennemis des paysans, fut publiée par le Parti communiste quelques mois après son décès survenu prématurément à l’âge de quarante-sept ans.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article122953, notice MONTUSÈS Ernest, Jean [SEMONSUT, dit] par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 31 octobre 2017.

Par Justinien Raymond

ŒUVRE : En dehors de ses romans, poèmes etc., on peut citer ; L’École laïque et le socialisme, 1903 (brochure). — Le Député en blouse, Moulins, 1913, 80 p., préface de J. Jaurès.

SOURCES : État civil de Montluçon. — Comptes rendus des congrès. — G. Rougeron, Les Administrations départementales de l’Allier. Le Conseil général, t. II, 1871-1940, Montluçon, 1960, p. 262. — André Sérézat, Ernest Montusès, un écrivain dans le mouvement ouvrier bourbonnais sous la IIIe République, 1880-1927, Éd. Créer, Nonette, 1987.

Version imprimable Signaler un complément