MAUREL Émile, Kléber

Par Claude Pennetier et Michèle Rault

Né le 18 octobre 1884 à Graissessac (Hérault), mort le 2 février 1972 à Albi (Tarn) ; maire de Villetaneuse (Seine).

Fils d’un ouvrier mineur, Émile Maurel, employé, fut élu le 30 novembre 1919 conseiller municipal socialiste de Villetaneuse (Seine). Désigné comme premier adjoint au maire, Jules Lauze , il rallia les rangs du Parti communiste après le congrès de Tours (décembre 1920). Il était alors journaliste (ou chef de fabrication ?) à l’Humanité dont il fut licencié en 1924. Maurel fut réélu conseiller en mai 1925 puis en mai 1929 et conserva ses fonctions d’adjoint. Il rompit avec le PC à la fin de l’année 1929. Le conseil fut dissous le 4 novembre 1931 et il retrouva son siège en tant que socialiste-communiste à l’issue des élections qui suivirent. Il succéda à Lauze comme maire au lendemain du scrutin de 1935 et rejoignit le Parti socialiste SFIO en 1937.

En 1932, Maurel s’était présenté contre Doriot aux élections législatives dans la 4e circonscription de l’arrondissement de Saint-Denis. Il avait obtenu 778 voix (2, 98 %) sur 22 864 votants et 26 139 inscrits, Doriot étant élu au premier tour.

Maurel fut révoqué le 11 juillet 1940 de ses fonctions de premier magistrat de la commune pour en avoir été absent le 15 juin précédent. Considérant cette révocation injuste, il écrivit à plusieurs reprises à Pierre Laval pour lui rappeler qu’il lui apportait son soutien et qu’il s’était rangé aux côtés de Marcel Déat pour lutter contre les « doriotistes-lauzistes ». Maurel fut arrêté à la Libération.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article121194, notice MAUREL Émile, Kléber par Claude Pennetier et Michèle Rault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Claude Pennetier et Michèle Rault

SOURCES : Arch. Dép. Seine, DM3 , versements 10451/76/1 et 10441/64/2. — L’Émancipation, n° spécial, avril 1929. — Journal de Saint-Denis, 18 mai 1935. — G. Lachapelle, Les élections législatives, op. cit. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément