MAKAROVSKY Joseph (dit Jacques)

Par Jean-Michel Brabant

Né le 23 décembre 1912 à Paris (XIe arr.),

Joseph Makarovsky, dont les parents étaient commerçants, fit des études de chirurgien-dentiste. Il adhéra en 1932 aux Jeunesses socialistes dans le XVe arr. et devint en 1935 membre de la commission exécutive de l’Entente de la Seine qu’il représenta au comité fédéral mixte. Après l’adhésion des trotskystes, en août 1934, au Parti SFIO et aux Jeunesses socialistes, il soutint leur tendance, le Groupe bolchevik-léniniste et signa leur motion présentée au congrès fédéral des JS de la Seine, en juillet 1935. Son nom figura parmi les treize dirigeants du courant de gauche exclus au congrès national des JS qui se tint à Lille les 28-29 juillet 1935.

Joseph Makarovsky participa à la création, en janvier 1936, de la Jeunesse socialiste révolutionnaire dirigée par Fred Zeller et fit partie du Parti ouvrier internationaliste fondé en juin. S’étant établi en 1937 comme chirurgien-dentiste, il soutint les positions de la Gauche révolutionnaire de Marceau Pivert. Mais son action fut bientôt interrompue par son incorporation dans l’armée, puis par la guerre.

Après sa démobilisation il jugea plus prudent de se réfugier à Nice où il constitua en 1942 un petit groupe de tendance trotskyste. Il parvint ensuite à passer en Espagne où il fut emprisonné quelque temps et réussit finalement à rejoindre le Maroc. Engagé dans les Forces françaises libres, il participa aux campagnes d’Italie et de France.

Démobilisé en 1945, il revint à Montargis et fut successivement membre du Parti communiste internationaliste, puis de l’Action socialiste révolutionnaire et enfin de l’Union de la Gauche socialiste qui fut une des composantes du Parti socialiste unifié. Il quitta le PSU en 1966 et milita à la Ligue des droits de l’Homme jusqu’en 1983.

Il était chirurgien-dentiste 38, rue Gambetta à Montargis en 1978 et participait au financement du Comité Blasco pour l’aide matérielle à Barbara, la veuve du militant assassiné par les communistes dans un maquis de Haute-Loire, Barbara.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article119636, notice MAKAROVSKY Joseph (dit Jacques) par Jean-Michel Brabant, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 22 mars 2019.

Par Jean-Michel Brabant

SOURCES : La Vérité, 6 juillet 1935. — S. Ketz, De la naissance du GBL à la crise de la section française de la LCI 1934-1936, Mémoire de Maîtrise, Paris -I, 1974. — Témoignage de l’intéressé recueilli par L. Bonnel. — Dossier Comité Blasco, papiers de Marcel Pennetier. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément