LASSERRE Georges [LASSERRE Pierre, dit Georges]

Par J. Valette

Né le 10 novembre 1878 à Saint-Léger-de-Balson (Gironde), mort le 14 mai 1961 à Talence (Gironde) ; instituteur ; militant socialiste puis néo-socialiste de Gironde ; député ; maire de Talence.

Fils de Pierre Lasserre et de Catherine Duluc, cultivateurs, Georges Lasserre se maria le 27 septembre 1902 à Audenge (Gironde) avec Marguerite Lucie (voir Lasserre Marguerite), institutrice. Il fut également instituteur à Talence puis directeur d’école, en particulier à l’école Saint-Charles de Bordeaux.

Militant du Parti socialiste SFIO, il fut élu conseiller municipal de Saint-Léger-de-Balson en 1908 et 1912. Mobilisé en août 1914, officier de réserve, il participa aux batailles du chemin des Dames et de Verdun et obtint la Croix de guerre avec palme.

Secrétaire de la section socialiste de Talence, Georges Lasserre entra au conseil municipal de Talence le 30 novembre 1919. Il se présenta avec succès au conseil d’arrondissement le 21 mai 1922. Dès lors, il connut de nombreux succès électoraux. Élu maire socialiste de Talence en mai 1925, à la tête d’une liste de Cartel des gauches, il conserva son écharpe en mai 1929 et mai 1935. Ayant consolidé sa position locale en entrant au conseil général en juillet 1925, il tenta sans succès de conquérir un siège de député aux élections législatives des 22 et 29 avril 1928, dans la 2e circonscription de Bordeaux. Il devança nettement le député sortant radical-socialiste Adolphe Caudéron par 6 023 voix contre 1 171, et le communiste Alfred Charlionnet qui en recueillit 843. Mais Henri Lorin, républicain de gauche, en obtint 8 112 et battit Lasserre au scrutin de ballottage par 9 602 suffrages contre 7 369 (sur 22 267 inscrits). Il prit sa revanche aux élections législatives des 1er et 8 mai 1932. Au premier tour de scrutin, il vint en tête avec 8 768 voix sur 22 545 inscrits contre 7 471 au député sortant Lorin, trois autres candidats se partageant 1 643 voix. Au second tour, Lasserre vit se dresser contre lui la candidature de l’abbé Bergey, porte-parole de la droite catholique et conservateur, député sortant de la 4e circonscription de Bordeaux qu’il avait laissée à Philippe Henriot. Lasserre l’emporta néanmoins par 9 620 voix contre 8 250. L’instituteur et le maire apparaissent dans le choix des commissions : Administration générale, départementale et communale et l’Enseignement-Beaux-Arts.

En 1933, Lasserre suivit Adrien Marquet et tous les députés de la Gironde, à l’exception de Gaston Cabannes, dans la dissidence dite néo-socialiste. Il adhéra donc au Parti socialiste de France puis à l’Union socialiste. mais ses divergences avec Adrien Marquet, conjuguées avec l’hostilité du Parti SFIO, lui firent perdre les élections d’avril-mai 1936. Sur 23 260 inscrits, il n’obtint que 2 231 voix, suivi par le communiste André Vrigneaud (1 381 voix) mais distancé par Monier, républicain indépendant (5 624 voix), Fernand Audeguil, SFIO (3 748 voix), Pierre Cabot, néo-socialiste soutenu par Marquet (2 763), Hilaire Barrès, Alliance démocratique (2 304). Lasserre se retira en faveur du socialiste Audegil, par ailleurs son adjoint à la mairie de Talence, qui fut élu au second tour par 9 031 voix contre 8 974 à Monier. Cet échec à la députation fut suivi d’un autre à l’élection du conseil général en 1937 : il n’obtint le 10 octobre que 1 296 voix et se désista au second tour en faveur du socialiste Costedoat qui fut élu. Ces difficultés successives affectèrent beaucoup Lasserre qui donna sa démission de maire de Talence, estimant « ne plus avoir l’autorité morale que doit comporter la fonction de maire, que j’exerce depuis douze ans... A la suite de scissions et de séparations qui se sont produites, je crois ne plus représenter qu’une minorité de mes concitoyens. » Mais il fut l’objet de très fortes pressions, en particulier d’Audeguil, et peu après il retira sa démission. Le gouvernement de Vichy le releva de son mandat municipal le 1er mars 1941.

Lasserre fut désigné à la Libération comme président de la délégation municipale provisoire de Talence et fut à nouveau élu premier magistrat de sa commune en 1945, en 1952 et en 1957. Il était encore maire lorsqu’il mourut.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article116159, notice LASSERRE Georges [LASSERRE Pierre, dit Georges] par J. Valette, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par J. Valette

SOURCES : Arch. Nat. F7/12988, F7/13084. — Arch. Dép. Gironde, divers. — La Vie socialiste, 14 mai 1932. — J. Jolly, Dictionnaire des parlementaires, op. cit.Le Monde, 16 mai 1961. — Notes de J. Raymond.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément