LARROQUE Camille

Né en 1890 à Saint-Junien (Haute-Vienne), gantier. Camille Larroque, de tempérament bohême, travaillait irrégulièrement. Il ponctuait d’aphorismes libertaires et d’interruptions à l’emporte-pièce les exposés des propagandistes communistes. « Il ne faut pas oublier les précurseurs : Kropotkine, Bakounine et Tolstoï », lança-t-il à une propagandiste communiste, Marguerite Faussecave, le 23 janvier 1925 au cours d’une réunion organisée pour l’anniversaire de la mort de Lénine.

Larroque partit ensuite pour Paris où il exerça de petits métiers, se rappelant parfois au souvenir de compatriotes, comme lui établis à Paris.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article116077, notice LARROQUE Camille , version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

SOURCES : P. Cousteix, « Influence des doctrines anarchistes en Haute-Vienne sous la IIIe République », Actualité de l’Histoire, n° 13, novembre 1955. — État civil de Saint-Junien (Haute-Vienne) : recherches infructueuses dans les tables décennales.

Version imprimable Signaler un complément