LAFON Auguste

Par André Balent

Né le 12 décembre 1894 à Perpignan (Pyrénées-Orientales) ; Militant du Parti socialiste SFIO. Conseiller municipal d’Alénya (1925-1930). Maire d’Alénya (1930-1941 ; 1944-1945 ; 1947-1959).

En mai 1925, Auguste Lafon entra au conseil municipal d’Alénya qui comptait cinq socialistes SFIO, quatre radicaux-socialistes, un communiste. Le maire et l’adjoint étaient tous deux socialistes. Auguste Lafon devait, quant à lui, se classer parmi les élus radicaux-socialistes. Réélu conseiller municipal en mai 1929, il était toujours radical-socialiste lorsqu’il fut élu maire d’Alénya le 14 janvier 1930 après la démission de François Tourres. Auguste Lafon, ayant adhéré au Parti socialiste SFIO, fut réélu maire en mai 1935, sur la liste des élus municipaux du Parti socialiste SFIO. Réélu le 28 janvier 1938, secrétaire de la section socialiste d’Alénya (secrétaire adjoint : Julien Barrère), il fut élu, à l’automne 1938, ainsi que Georges Pézières, sénateur socialiste des Pyrénées-Orientales et Adrien Cantié, maire socialiste de Saint-Estève (voir ces deux noms) « délégué municipal » de l’« Union départementale des élus et municipalités socialistes SFIO des Pyrénées-Orientales » ; tous trois représentaient l’arrondissement de Perpignan.

Le 21 février 1935, Auguste Lafon présida la réunion de reconstitution du syndicat CGT des ouvriers agricoles à laquelle assistaient plusieurs délégués de l’UD-CGT : Léon Sors, Laurent Casse, Joseph Berta, Léon Rigaud et Jean Ricart (voir ces noms).

Non mobilisé en septembre 1939, il démissionna de ses fonctions de premier magistrat entre les séances du conseil municipal des 28 janvier 1941 et 18 avril 1941 (vraisemblablement au mois d’avril). Son adjoint Pierre Roig qui avait été désigné par Vichy pour le remplacer en vertu d’un arrêté du 12 avril 1941, fit part au conseil municipal réuni le 18 avril 1941 de son intention de démissionner à son tour. Le 28 juin 1941, le conseil municipal d’Alénya était remplacé par une délégation spéciale.

Le 16 septembre 1944, le comité local de Libération nationale réuni à la mairie d’Alénya sous la présidence d’Auguste Lafon, décida que Auguste Lafon et Pierre Roig qui « ont refusé de servir l’État français » soient désignés respectivement maire et adjoint.

Ni Auguste Lafon, ni Pierre Roig ne furent réélus lors du scrutin du 29 avril 1945. Auguste Lafon retrouva son siège à l’occasion des élections des 19 et 26 octobre 1947. A l’issue de ce scrutin, il fut réélu maire de la commune, le 31 octobre 1947 : huit conseillers municipaux sur treize votèrent en sa faveur. Il fut reconduit en mai 1953 et demeura en fonctions jusqu’aux élections générales de mars 1959.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article115253, notice LAFON Auguste par André Balent, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 15 avril 2016.

Par André Balent

SOURCES : Arch. Dép. Pyrénées-Orientales : 2 M 5/289, 2 M 5/268 II, 2 M 5/301/302/303 (ancienes cotes). — Arch. Mun. Alénya (registre des délibérations du conseil municipal, listes électorales de 1983). — L’Action syndicale, mars 1935. — Le Socialiste des Pyrénées-Orientales, 4 février 1938, 25 novembre 1938. — Annuaire-Guide des Pyrénées-Orientales, Nîmes, Chastanier et Alméras, 1937.