ESCURAT Bernard

Par Claude Geslin

Né le 11 décembre 1865 à Sainte-Marie-Lapanouze (Corrèze) ; instituteur ; militant socialiste de Saint-Nazaire (Loire-Inférieure).

Bernard Escurat entra dans l’Enseignement à son retour du régiment en 1890 ; il fut immédiatement affecté en Loire-Inférieure, au Dresny-en-Plessé (?). Il fut successivement instituteur à Blain, à Couëron et fut nommé le 1er octobre 1898 à Saint-Nazaire où il enseigna à l’école Jules Ferry de 1900 à 1923. Il y fut un des guides du jeune François Blancho*, alors orphelin. Fondateur avec dix-sept de ses collègues du Syndicat départemental des instituteurs, il adhéra au Parti socialiste en 1905 et milita au sein du groupe de l’Union socialiste aux côtés de Henri Gautier.

Élu conseiller municipal de Saint-Nazaire, en 1919, avec neuf autres membres du Parti socialiste SFIO, dont Gautier et Blancho, il vit son élection annulée car il était encore en fonctions et inéligible. En 1925, retraité depuis deux ans, il fut à nouveau candidat. Élu au deuxième tour, il occupa dès lors, et jusqu’en 1940, le poste de premier adjoint au maire. Il fit preuve de grandes qualités d’administrateur et s’attacha particulièrement au problème de l’enseignement s’occupant notamment de l’École de plein air d’Heinleix.

Il fut aussi élu conseiller d’arrondissement de Saint-Nazaire en 1919 et régulièrement réélu par la suite, jusqu’en 1937 date à laquelle il décida de ne plus se représenter et fut remplacé par un autre socialiste, Lambot.

Il fut enfin candidat malheureux du Parti socialiste à diverses élections, lors des élections sénatoriales, générales ou partielles, de 1924, 1932, 1936 et lors des élections législatives de 1924.

Membre fondateur de la section de la Ligue des droits de l’Homme de Saint-Nazaire en 1901, il en occupa tour à tour les postes de trésorier, de secrétaire, puis de président où il demeura de 1909 à 1919. Il fut alors remplacé par Maumenée. Il fut aussi à l’origine de la coopérative l’Union dont il fut actionnaire dès 1901. Il appartint encore à la « Ruche nazairienne » à partir de 1903. Très vite membre du conseil d’administration de l’Union, puis vice-président pendant vingt mois jusqu’en 1920. Ses talents d’organisateur lui permirent pendant ces vingt mois de faire passer les adhérents de 700 à 1 100...

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article112202, notice ESCURAT Bernard par Claude Geslin, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par Claude Geslin

SOURCE : Le Travailleur de l’Ouest, 1924-1940.

Version imprimable Signaler un complément