ERNSTEIN Fernand, dit Strago

Par Pierre Broué

Né le 23 juillet 1893 à Wloclawek (Pologne russe) ; ingénieur électricien ; militant du Parti socialiste.

Fils d’un ouvrier juif émigré de Pologne russe et établi en France, Fernand Ernstein suivit à Paris les cours du soir tout en gagnant sa vie et fut diplômé d’une école supérieure d’électricité. En 1914, il fut réformé. L’année suivante, il travaillait à Est-Lumière, était membre de la 5e section du Parti socialiste, et repéré par la police comme pacifiste. Il milita vers la fin de la guerre dans les rangs des Jeunesses socialistes et à la 5e section de la Seine ; il fut délégué au comité fédéral.

Après l’armistice, il vint dans l’Isère : ingénieur à l’usine Keller et Leleux à Livet-et-Gavet, il habitait Saint-Barthélemy-de-Séchilienne. Il rejoignit immédiatement les rangs de la Fédération socialiste, et intervint notamment lors de son congrès extraordinaire de février 1919, y soutenant la position des « reconstructeurs » dans la question de l’Internationale. Mais la police, du fait de ses origines, voyait en lui l’incarnation du bolchevisme. Le préfet écrivait à son sujet : « Ernstein est un bolchevik militant qui fut lié avec Trotsky et qui semble un de ses agents en France ». La surveillance de son courrier apprit aux autorités qu’on envisageait, à la direction des JS, de le charger de les représenter à la conférence internationale des organisations de Jeunesse à Bâle en août 1919. Le préfet des Pyrénées-Orientales signala à son collègue de l’Isère qu’au cours du déplacement qu’il avait effectué pour son entreprise en mai dans son département, Fernand Ernstein avait été tenu au courant jour par jour de la grève qui se déroulait à Livet-et-Gavet chez Keller et Leleux. Il est vrai que, dès son arrivée, il s’était lié à de jeunes militants de tendance révolutionnaire comme Alfred Doulat* qui allait devenir un des principaux partisans de l’adhésion à la IIIe Internationale. Il fut expulsé par un arrêté du 18 juillet 1919, mais, grâce à l’intervention de Jean-Pierre Raffin-Dugens*, obtint plusieurs reports.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article112149, notice ERNSTEIN Fernand, dit Strago par Pierre Broué, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 11 septembre 2013.

Par Pierre Broué

SOURCES : Arch. Nat. F7/13574, année 1915. — Arch. Dép. Isère 82 M 2.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément