DUPOUY Victor, Paul

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 21 juillet 1901 à Montauban (Tarn-et-Garonne), mort le 26 janvier 1981 à Argenteuil (Val-d’Oise) ; célibataire ; ouvrier ajusteur ; maire communiste d’Argenteuil (Seine-et-Oise puis Val-d’Oise) de 1935 à 1977.

Fils d’un tailleur d’habits et d’une tricoteuse, ouvrier ajusteur dans la région parisienne, Victor Dupouy participa à sa première grève à l’âge de seize ans et occupa rapidement des fonctions de responsabilité dans le mouvement syndical. En 1918, il siégeait dans les organes dirigeants du syndicat CGT des Métaux de la région parisienne.

Il adhéra au Parti communiste en janvier 1925. En octobre, son action contre la guerre du Rif lui valut un emprisonnement de trois mois à la Santé. Domicilié 142, rue de Calais à Argenteuil (Seine-et-Oise), Victor Dupouy était, en 1932, secrétaire de la cellule communiste de cette ville. Il était secondé par Louis Dufour, trésorier. Gabriel Péri* ayant été élu député de la circonscription d’Argenteuil aux élections législatives de mai 1932, il assura son secrétariat parlementaire. Péri aurait souhaité conduire la liste communiste d’Argenteuil aux élections municipales de mai 1935, mais il se rallia aux raisons de la direction nationale et soutint la candidature de Dupouy. Celui-ci devint maire « comme ça, en suivant le cours des choses... », selon sa formule (J.-P. Hoss, op. cit., p. 811. Le même mois, il entra au conseil général. Modeste, orateur aux qualités « peu apparentes » (J.-P. Hoss, op. cit.), Dupouy s’imposa par ses capacités de travail, son sérieux, son courage et, l’expérience aidant, ses dons d’administrateur.

Victor Dupouy fut mobilisé en septembre 1939 et libéré après l’Armistice, à Marseille. Suspendu de ses fonctions de maire après l’interdiction du Parti communiste (septembre 1939), il fut déchu de son mandat, au début de l’année 1940, pour appartenance au PCF. Militant communiste clandestin, il participa à la Résistance, notamment dans le sud-est de la France. C’est avec le titre de commandant des FFI qu’il participa à la libération de Marseille. Il était titulaire de la Croix de guerre avec étoile d’argent.

À nouveau maire d’Argenteuil de 1945 à 1977, il devint vice-président du conseil général de Seine-et-Oise en 1955. Il ne sollicita pas le renouvellement de ses mandats en 1976 (conseil général) et 1977 (mairie). L’assemblée municipale d’Argenteuil le nomma maire honoraire. Ses obsèques eurent lieu le 29 janvier 1981 à Argenteuil. Robert Montdargent, député-maire lui rendit hommage au nom de la municipalité et Pierre Blotin, secrétaire de la Fédération communiste du Val-d’Oise apporta le salut du Comité central du PCF.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article111519, notice DUPOUY Victor, Paul par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 22 janvier 2013.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130, année 1932. — L’Humanité, 27 janvier 1981. — Le Monde, 28 janvier 1981. — Renseignements fournis par la mairie d’Argenteuil le 9 décembre 1980. — Renaissance du Val-d’Oise, 14 mars 1970. — Jean-Pierre Hoss, Communes en banlieue : Argenteuil et Bezons, Paris, Presses de la FNSP, 1969. — État civil de Montauban. — RGASPI, 495 270 1829, dossier Victor "Dupuis", doit être celui de Dupouy, pas encore consulté.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément