AVIZOU René, Georges

Par Jocelyne Prézeau

Né le 7 juin 1932 aux Martys (Aude) ; électricien EDF ; membre du bureau fédéral communiste de l’Aude puis du comité fédéral de Haute-Garonne ; militant de la fédération de l’Éclairage de la CGT.

Né aux Martys, près de Cuxac dans l’Aude, René Avizou était le fils d’un couple d’instituteurs de sensibilité communiste. Titulaire d’un CAP d’électricien, il exerça son métier dans différentes succursales EDF du Sud-Ouest, dans l’Aude, à Toulouse (Haute-Garonne) ou bien encore dans le Tarn. Son ascension professionnelle le conduisit au poste de contremaître.

En 1948, René Avizou rejoignit la Jeunesse communiste, et en octobre 1949, l’Union des Jeunesses Républicaines de France (UJRF), dont il devint secrétaire fédéral de l’Aude. Prolongeant cet engagement, il adhéra au Parti communiste à Carcassonne (Aude), en 1950 ; l’année suivante, il intégra le comité fédéral PCF de l’Aude. En 1951, contresignant son questionnaire biographique, le premier secrétaire fédéral communiste de l’Aude, Lubin Ressier*, nota ses dispositions pour le travail en direction de la jeunesse et voyait en lui un « bon élément ». En 1952, René Avizou rejoignit la CGT.

Également membre du Mouvement de la paix, René Avizou milita dans une section d’Esperaza (Aude) ; loin de se contenter d’un engagement superficiel, il intégra le bureau départemental du Mouvement de la paix en 1953. Face à cette dispersion, la Section de montée des cadres (SMC) s’inquiéta, proposant de prendre des dispositions pour le décharger d’une partie de ses responsabilités.

Appelé sous les drapeaux en mai 1954, René Avizou rejoignit l’Allemagne puis l’Algérie et quitta provisoirement ses responsabilités à la fédération communiste de l’Aude. Son éloignement, la durée du service militaire, fut suivi d’une baisse d’activité soulignée par la direction fédérale. Il réintégra toutefois la bureau fédéral en 1956, jusqu’à sa mutation en Haute-Garonne en 1964. Dans cette période, il fut un dirigeant de l’UJRF, membre du comité national en décembre 1956, renouvelé en 1959. Muté en Haute-Garonne en 1964, il rejoignit le comité fédéral communiste, à partir de juin 1965 et jusqu’en 1968, et fut membre du secrétariat de la section PCF de Toulouse-Nord.

Dans les années 1960, René Avizou s’engagea surtout sur le terrain syndical. Il fut successivement secrétaire de l’Union locale de Gaillac (Aude), puis de Carcassonne, secrétaire du syndicat CGT EDF de l’Aude puis secrétaire de l’Union départementale, avant d’occuper d’importantes responsabilités à la Fédération EDF de la CGT. Son avancement professionnel lui fit rejoindre le Groupement national des cadres (GNC) de la Fédération de l’Éclairage et ses déplacements l’amenèrent à prendre des responsabilités dans différents départements : Aude, Haute Garonne, Tarn.

Le 26 janvier 1957 il se maria à Toulouse, avec Gisèle Brusson, « présentatrice » et membre du Parti communiste depuis 1950 ; ils eurent trois enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article10564, notice AVIZOU René, Georges par Jocelyne Prézeau, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 10 septembre 2013.

Par Jocelyne Prézeau

SOURCE : Arch. comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément