CHASSIN Henri

Né le 7 janvier 1887 à Paris (Belleville), mort en 1964 ; cheminot révoqué ; anarchiste ; poète et chanteur.

Henri Chassin fit 7 ans de service militaire chez les Zouaves. Il en sortit pacifiste et antimilitariste. Il déserta au front en 1914 "pour ne pas tuer". Transféré à Sidi-bel-Abbès dans les bataillon disciplinaires pour 5 ans. Ill s’évada trois fois et put régulariser sa situation après l’Armistice.
Cheminot aux chemins de fer du Nord, sa participation aux grandes grèves de 1920 lui valut la révocation et même la prison.Il fit alors des études de droit jusqu’à la licence et entra chez Dunlop où il fut chef du contencieux jusqu’à sa retraite en 1952.
Poète, Henri Chassin se présentait comme « petit-fils de Communard » (trois homonymes figurent dans le Dictionnaire t. 5 mais rien ne permet d’établir un lien de parenté avec le poète montmartrois). Ses activités antimilitaristes le firent envoyer aux bataillons disciplinaires d’Afrique.

Poète et chanteur (notamment sur des musique de Robert Dubuisson), Henri Chassin vécut à Montmartre où il ’interpréta ses œuvres dans les cabarets. Il fit partie de l’équipe de la Vache enragée, chanta au Bon Bock et participa aux goguettes de la Muse rouge.
Il publia un recueil en argot, Machin de Belleville (1927).
Il fut initié à la franc-maçonnerie en 1933.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article105182, notice CHASSIN Henri , version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 12 mars 2019.

SOURCES : Robert Brécy, Autour de La Muse rouge (Groupe de poètes et chansonniers révolutionnaires) 1901-1939, Éditions Christian Pirot. — H. Coston, Dictionnaire de la politique française, Paris, 1972, t. 2.

Version imprimable Signaler un complément