BRIE Maurice, Émile, Armand <£prache>

Par G. Prache

Né le 18 octobre 1867 à Seboncourt (Aisne) ; mort le 10 novembre 1944 dans la même localité. Artisan tisseur, militant socialiste et coopérateur.

Né dans une famille ouvrière de cette partie septentrionale du Vermandois, M. Brie exerça lui-même, très jeune, le métier de tisseur sur métier à bras, en qualité d’artisan à domicile.

Conseiller municipal socialiste de son village, il fut chargé en 1919 d’une délégation exceptionnelle aux fonctions de maire, par suite du double décès simultané du premier magistrat communal et de son adjoint. De 1904 à 1920, il fut membre de la commission administrative de l’Hospice. Sous l’occupation allemande de 1914-1918, il se trouva enlevé comme otage et déporté durant plusieurs mois en Allemagne.

Dans cette localité ouvrière de Seboncourt, un groupe de tisseurs avait déjà tenté en 1848 de faire vivre une coopérative dénommée par eux « La Sociale » lorsqu’une grave crise de chômage amena sa dissolution. Sept ans plus tard une seconde « Sociale » vit le jour pour répartir le pain et l’épicerie, mais entreprenant de s’agrandir tout en manquant de moyens, elle périclita à son tour en 1862. Consciencieux jusqu’au sacrifice, son président paya neuf cents francs sur ses deniers afin que les associés ne subissent aucun préjudice. La foi coopérative ne se transmit pas moins dans les jeunes générations et en 1902, une nouvelle équipe, entraînée par Maurice Brie et conseillée par Victor Venet, un actif coopérateur et socialiste du village voisin de Fresnoy-le-Grand, créa une boulangerie coopérative qu’ils appelèrent « L’Unio seboncourtoise » : soixante-six habitants dont cinquante-deux tisseurs répondirent aussitôt à l’appel et Brie en fut nommé contrôleur avant de devenir administrateur, poste qu’il occupa avec dévouement jusqu’en 1922, date de la fusion avec l’UDC du Cambrésis que dirigeait Edmond Bricout à Caudry. En 1924, l’assemblée générale de l’UDC nommait Brie au conseil d’administration où il siégea jusqu’en 1927, continuant ensuite d’animer la vie du comité de la section coopérative locale.

M. Brie appartenait à la Ligue des droits de l’Homme et du Citoyen.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article102479, notice BRIE Maurice, Émile, Armand <£prache> par G. Prache, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 3 novembre 2010.

Par G. Prache

SOURCES : G. Prache, Cambrésis, terre coopérative, PUF, 1963 avec iconographie. — Renseignements fournis par Les Coopérateurs d’Escaut et Sambre.

Version imprimable Signaler un complément