ARANYOSSY Magda

Par Claude Pennetier

Née en 1900 en Hongrie ; syndicaliste et communiste en France.

Magda Aranyossy partit en exil avec Pol Aranyossy (Aranyossi ?) en 1920, un an après la naissance de leur fils, Georges Aranyossy. Le couple passa par l’Italie, l’Autriche, la Suède, l’Allemagne avant d’arriver à Paris fin 1925.

Proche des milieux kominterniens, Magda et Pol Aranyossy collaborèrent avec Ernö Gerö, instructeur de l’Internationale communiste et travaillèrent au Parizsi Munkas. Magda Aranyossy milita à la CGTU, au mouvement pacifiste avec Gabrielle Duchêne et Maria Rabaté, au mouvement féminin avec Bernadette Cattanéo et collabora à Femmes.

Après juin 1941, elle partit en Allemagne avec son mari et de là en Hongrie où ils restèrent jusqu’à la fin de la guerre. Elle tint en hongrois un journal qui se termine en janvier 1945 et qui fut publié en Hongrie en 1978.

Son fils, Georges Aranyossy, fut directeur du bureau de presse de l’ambassade de Hongrie à Paris de 1953 à 1954 puis travailla dans la presse en Hongrie jusqu’en 1970. L’année suivante, il publia un livre au titre sans détour (Ils ont tué ma foi), dédié à sa mère : « Je lui demande pardon de n’avoir pas pu ou pas voulu garder d’avantage un silence dont je pense qu’il ne peut désormais servir que ceux qui ont tant profité de notre foi pour déshonorer sa raison d’être, pour continuer à tromper impunément des millions de gens simples qui aspirent à la société de justice. »

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article10176, notice ARANYOSSY Magda par Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 4 janvier 2010.

Par Claude Pennetier

ŒUVRE : Rendszertelen önéletrajz, Budapest, Kossuth Könyvkiado, 1978, 326 p.

SOURCE : Georges Aranyossy, Ils ont tué ma foi. Un itinéraire communiste, R. Laffont, 1971.

Version imprimable Signaler un complément