ANGELETTI Marcel

Par René Gallissot

Avocat à Oujda (Maroc), élu SFIO au Conseil de gouvernement du Protectorat français (Rabat, Maroc) ; venu en Algérie, à partir de 1943, journaliste à Alger Républicain, rédacteur du billet El Ghoul (L’Ogre).

Le père était instituteur en Algérie, la mère sans profession ; il y aurait trois fils Angeletti ayant compté dans l’action politique à Alger (voir à la suite à Yves Angeletti). Quittant l’Algérie, le père est allé enseigner au Maroc. C’est comme avocat établi à Oujda (Maroc) au début des années trente, que l’on connaît d’abord Marcel Angeletti.. Il est alors un membre influent de la SFIO bien implantée dans les milieux européens et juifs de cette région frontière ; dans le Protectorat français, la SFIO est autorisée mais non le PC. Il est également un des animateurs de la section locale de la Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA). En 1933, il est élu, socialiste donc, au Conseil de gouvernement, organisme colonial consultatif ; il intervient pour critiquer la répression et défendre la cause syndicaliste.

Pour des raisons inconnues, politiques selon Henri Alleg* qui l’a connu à Alger républicain, il a quitté Oujda pour vivre à Alger, peut-être au moment de la guerre ou après 1942. Il devient journaliste permanent à la reprise d’Alger républicain en 1943 ; il suit la chronique parlementaire (parlement français et Assemblée algérienne, et conseils mal élus) et plus encore, c’est lui qui rédige le billet satirique signé l’Ogre (El Ghoul) qui dévore à belles dents les potentats coloniaux. Dans les années 1950, ce billet à grand succès sera continué par Nicolas Zannettacci*.

Malheureusement, le peu d’argent qu’il gagne à Alger républicain, Marcel Angelletti le perd à la roulette du casino de l’hôtel Aletti, sauf rares bons coups, jamais deux fois de suite ; dans ces moments d’exception, il offre une tournée de cigares à tous les collaborateurs d’Alger républicain, alors que dans la dèche, il passe la nuit sur la banquette dans le hall du journal. et se traîne pendant des jours et des jours dans ses pauvres habits fripés.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article10092, notice ANGELETTI Marcel par René Gallissot, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 3 novembre 2013.

Par René Gallissot

SOURCES : Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier : Maghreb (R. Gallissot), volume : Maroc, L’Atelier, Paris, 1998. — H. Alleg, A. Benzine, B. Khalfa, La grande aventure d’Alger républicain, Messidor, Paris, 1987.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément