BLOND Pierre dit LENOIR

Par Claude Pennetier

Né le 27 décembre 1897 à Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire), mort le 30 mars 1950 à Evreux (Eure) ; manoeuvre, ouvrier de la fourrure, ouvrier métallurgiste ; dirigeant communiste de la région parisienne, spécialement d’Aubervilliers (Seine).

Fils d’un ouvrier agricole (journalier sur l’acte de naissance) et d’une ménagère, il habitait depuis septembre 1919 à Aubervilliers (Seine) où il fut livreur à la Coopérative Le Progrès puis tourneur des 1925 à la maison Laborier. Il avait épousé, le 23 décembre 1918 à Bourbon-Lancy, Émilie Compan (née en 1896 à Paris 1er arr.) qui était en 1928 manoeuvre à la Société industrielle à Aubervilliers après avoir auparavant travaillé dans une maison de cuirs et peaux de la même localité. Il avaient un fille, Suzanne, née en 1920 à Paris Xe arr. Pierre Blond se sépara de sa femme en 1929 et habita à La Courneuve.

Selon une note figurant dans les archives du Komintern, il aurait adhéré au Parti socialiste en « 1919 ou 1920 ».

P. Blond était membre au Syndicat unitaire de l’habillement de la Seine (section de la fourrure) et secrétaire du 19e rayon communiste de la Seine (Pantin-Aubervilliers-La Courneuve) de la fin 1925 au 12 septembre 1926. Des conflits de personnes l’éloignèrent momentanément de cette fonction. Il faisait aussi partie du SRI et du SOI. Il fut appréhendé plusieurs fois pour son activité militante : en mars 1925 pour distribution du journal de la cellule d’une usine de La Courneuve, en juin pour avoir crié « A bas Mussolini, assassin ! » au passage de l’ambassadeur d’Italie à Aubervilliers. Enfin le 21 juillet 1929 il fut arrêté au cours de la réunion clandestine de Villeneuve-Saint-Georges où il s’était rendu en tant que secrétaire du Rayon d’Aubervilliers, pour la préparation de la journée du 1eraoût.

Un rapport de 1931 conservé dans les archives du Komintern le présente ainsi : « Est entré au bureau régional en 1929 après les arrestations du 1er août. Attaché au parti, bon travailleur. Son rayon est le seul qui ait des effectifs égaux à ceux de 1927. A un défaut, ne s’extériorise pas assez. C’est lui qui était dans la délégation de juin 1930 à Moscou. Secrétaire du Xe rayon » (RGASPI, 495 270 1018).

Il fut tête de liste aux élections municipales du 5 mai 1929. La municipalité sortante dirigée par Pierre Laval obtint 5 300 voix de moyenne sur 11 636 inscrits et 9 584 votants (32 élus), la liste du PC 2 605 voix et 2 611 au mieux placé Blond, la liste socialiste d’Eugène Bourgoin 1 244 voix de moyenne. Blond se présenta au conseil général dans le canton d’Aubervilliers le 26 mai 1929.

Un rapport de police de mars 1930 le présente comme membre de la commission exécutive du syndicat général des ouvriers de la céramique depuis janvier 1927. Il aurait donc quitté la fourrure pour la céramique mais le rapport précise qu’on ne connaît pas son employeur. Il est donc possible qu’il soit simplement venu renforcer le syndicat comme permanent.

De 1929 à 1932, il assura avec Alvergnat et Jeanne Buland la direction du rayon d’Aubervilliers.

Dans son autobiographie rédigée pour la commission des cadres en décembre 1931, Jeanne Buland, dirigeante de la section féminine du PC, présentait « Lenoir », permanent de la région parisienne (les renseignements donnés sur ses parents confirment qu’il s’agit du même), comme son compagnon.

Le nom de Lenoir disparaît des sources à partir de 1932. Peut-être fut-il écarté des responsabilités dans la lancée de l’élimination sur soi-disant « groupe Barbé -Celor ». Il fut remplacé par un militant comme Maurice Léonard dont le dossier biographique de la commission des cadres précise, en 1933, « contre Lenoir et Bérody [voir Léon-Eugène Bérody] ». Seule la mention marginale de son acte de décès nous apprend sa mort en 1950 à Evreux.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article100532, notice BLOND Pierre dit LENOIR par Claude Pennetier, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 3 novembre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCES : L’Humanité, 26 mai 1929. — Journal de Saint-Denis, 6 avril 1935 (rappel des résultats de 1929). — Cahiers du Bolchevisme, 15 juin 1927. — Rapport des Renseignements généraux, 1930 (RGASPI). — RGASPI, 495 270 1018 (document figurant par erreur dans le dossier de Fernand Leblond) ; 495 270 8558 ; 495 270 1431 (dossier Maurice Léonard). — CAC, versement 199440500 (dossiers revenus de Moscou), dossier 187, fiche de police de mars 1930. — Etat civil de Bourbon-Lancy.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément