AMIC Marcel, Léon, Noël

Par Jacques Girault

Né le 24 décembre 1899 à Barjols (Var), mort le 1er août 1976 à Barjols ; pâtissier ; maire socialiste SFIO de Barjols (1938-1941, 1945-1971) ; conseiller général SFIO puis FGDS du canton de Barjols (1946-1973).

Fils d’un artisan cordonnier républicain, Marcel Amic reçut les sacrements catholiques et obtint le certificat d’études. Il effectua son service militaire dans l’infanterie en 1919-1920. Artisan-pâtissier à Barjols, il adhéra au Parti socialiste SFIO en 1924. Libre-penseur, il resta secrétaire de la section socialiste de 1928 à 1932 et en fut le trésorier de 1933 à 1936. Marcel Amic devint conseiller municipal, le 5 mai 1935, avec 344 voix sur 626 inscrits. Membre des commissions des finances, des eaux et des fêtes, il devint deuxième adjoint, le 18 juin 1936. Il démissionna avec onze de ses camarades, le 2 décembre 1937. Candidat sur la liste du « Parti socialiste SFIO », le 30 janvier 1938, Marcel Amic fut élu avec 297 voix sur 594 inscrits. À nouveau démissionnaire, il obtint 216 voix sur 601 inscrits, le 8 mai 1938 et fut élu, le dimanche suivant, avec 277 voix. Il devint maire de la commune, le 21 mai. Mobilisé d’octobre 1939 à juillet 1940, il fut révoqué de ses fonctions en juin 1941.
Marié civilement à Barjols, en décembre 1946, Marcel Amic avait été réélu, le 29 avril 1945, conseiller municipal avec 756 voix. Il appartint aux commissions de la jeunesse, des sports, de l’assistance, de la santé publique, de l’hygiène et du ravitaillement. À la mort du maire, il lui succéda, le 5 décembre 1945. Il devait être régulièrement réélu en octobre 1947, en mai 1953, en mai 1959 et en mai 1965. Secrétaire de la section socialiste SFIO, il écrivit à la direction nationale de la SFIO, le 18 mars 1946, pour signaler la sous-rémunération des agents des postes. En 1971, il annonça qu’il ne se représenterait pas. À la mort du conseiller général, Marcel Amic lui succéda, le 24 février 1946, élu au premier tour contre un seul adversaire communiste. Réélu en 1952, au premier tour, en 1959, en 1967 avec l’étiquette FGDS, il ne se représenta pas en 1973. Il conserva les mêmes responsabilités pendant ses mandats : membre de la troisième commission (agriculture, instruction publique, vœux), des commissions des transports, des Bourses scolaires et des bâtiments départementaux. Marcel Amic représentait en outre le Conseil général à la commission de patronage des HBM puis des HLM du Var, au comité technique départemental des transports. Membre de la Commission départementale en 1952, secrétaire du Conseil général en 1952, vice-président en 1956-1957, il fut réélu à cette fonction le 4 décembre 1958, avec 15 voix sur 28 votants. Membre de la Commission départementale à la même époque, Marcel Amic fut reconduit dans cette responsabilité en 1967. Cette année-là, il était aussi membre de la commission des travaux.
Bien que partisan des analyses de la majorité fédérale de la SFIO, Marcel Amic ne se prononça pas en faveur de de Gaulle en 1958. Il cessa d’exercer sa profession en 1961 et se consacra à ses deux mandats. Il était aussi correspondant à Barjols du Provençal, puis de Var-Marin.
Marcel Amic mourut d’un accident de la circulation et fut enterré civilement. En juillet 1977, le conseil municipal à majorité communiste de Barjols décida de donner son nom à une rue de la commune.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article10010, notice AMIC Marcel, Léon, Noël par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 19 février 2017.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép., Var, 2 M 7 35 1. — Arch. Com. Barjols. — Arch.OURS, fédération du Var. — Arch. J. Charlot (CRHMSS). — Renseignements fournis par la fille de l’intéressé, Madame J. Aparicio. — Presse locale.

Version imprimable Signaler un complément