LÉVÊQUE de MAUPUY Louis, Adolphe

Né à Boussu, Belgique — il existe plusieurs localités portant ce nom — le 9 janvier 1837 ; photographe ; célibataire ; capitaine commandant le 5e escadron de cavalerie ; membre de l’Association Internationale des Travailleurs.

Le dernier domicile connu de Lévêque, avant 1871, était, 39, rue Nollet, à Paris, XVIIe arr.
D’après la notice contumax du 11 février 1879, il s’était engagé le 19 mai 1855 dans les carabiniers et fut nommé maréchal des logis le 22 juin 1857. Il entra ensuite au service du Hanovre, devint lieutenant de cavalerie et fut décoré après la bataille de Langensalka (27 juin 1866). Aide de camp du général, il fut cependant licencié en août 1866, la Prusse ayant triomphé finalement du Hanovre.
Il arriva en France en octobre 1869 (il est toutefois fait état d’une condamnation à quatre mois de prison encourue à Paris le 20 mars 1869 pour distribution d’un journal non autorisé), et s’engagea le 1er octobre 1870. Pendant le premier Siège, il appartenait à l’artillerie de la Garde nationale. Dès les premiers jours de l’insurrection, il passa dans la cavalerie et fut nommé capitaine commandant le 5e escadron de la Garde nationale à cheval du XVIIe arr.
Par contumace, le 4e conseil de guerre le condamna, le 15 mai 1873, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la dégradation civique. Il fut gracié le 26 avril 1879, « sous condition d’arrêté d’expulsion. »

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article64521, notice LÉVÊQUE de MAUPUY Louis, Adolphe, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/858, n° 3007. — Arch. Min. Guerre, 4e conseil (n° 1028). — Arch. PPo., listes de contumaces. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Belges ralliés à la Commune de Paris, Bruxelles, Ferraton, 1985.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément