THOUZEAU Éric, Denis, Marcel

Par Michel Gorand

Né le 28 juin 1954 à Rezé (Loire-Atlantique) ; militant de la JEC (1968-1972) ; membre du bureau UPR-CFDT de Nantes (1980-1984 et 1991-1996) ; délégué du personnel (1981-1983) ; membre du bureau national des cheminots CFDT (1996-2003) ; permanent syndical CFDT puis CGT (1996-2009) ; membre du bureau national UFCM-CGT (2004-2009), du bureau UGICT-CGT (2004-2009) et du bureau fédéral PS-44 (1997-2017).

Fils d’Eugène Thouzeau, employé des PTT et de Lucette Groizard. De 1968 à 1972, il milita à la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC). Titulaire du Bac et d’un Deug de Math-physique, il entra à la SNCF à Angers (Maine-et-Loire) le 6 janvier 1975 comme chef de district stagiaire (CDTST). Il adhéra à la CFDT dès février 1975. Il effectua son service national d’un an, au 54e régiment d’artillerie de Verdun, dès le 1er avril 1975. Pendant son service militaire, au 2ème semestre 1975, il anima un « comité de soldats » en relation avec l’Union locale CFDT de Verdun.

A son retour du service, le 1er avril 1976, il fut affecté à Nantes et devint membre du bureau du syndicat des cheminots CFDT de Nantes au mois de décembre 1976, représenta son syndicat à l’union locale dès novembre 1977, puis membre du bureau de l’Union professionnelle régionale (UPR-CFDT) des cheminots de la région de Nantes à partir d’octobre 1980 jusqu’à 1984 ; entre temps il avait participé au congrès constitutif de la Fédération générale des Transports et de l’Équipement (FGTE-CFDT) en mai 1977 à Rouen et au congrès fédéral de Loctudy en mai 1980. Il avait également participé à la création du comité régional des transports et de l’Équipement (CRTE-CFDT) sur la région de Nantes en septembre 1980. Lors des élections professionnelles de mars 1981, il fut élu délégué du personnel (indiciel) pour le personnel de maîtrise de l’Equipement.

Nommé chef de district en février 1981, il fut affecté aux travaux sur Nantes, puis responsable de l’école régionale de la Voie de 1987 à 1996 et promu chef de section en avril 1997.

A partir des élections professionnelles de décembre 1983 il fut représentant syndical de la CFDT au comité d’entreprise (CE) de Nantes, puis au CE régional de la région de Nantes à partir de 1991 jusqu’à 1997. Il fut membre du conseil de l’UD-CFDT de Loire-Atlantique de 1985 à 1998. Membre du bureau du syndicat des cheminots CFDT de Nantes depuis fin 1976, il participa, localement, à l’animation des grandes grèves de cheminots, en hiver 1986-1987 pour le retrait de la nouvelle grille des salaires et en novembre-décembre 1995, contre la réforme de la protection sociale (plan Juppé) et contre le contrat de plan pour la SNCF. De 1991 à 1996, il était aussi membre du bureau de l’Union professionnelle régionale UPR-CFDT des cheminots de Nantes.

En 1996, il fit partie de l’équipe d’animation de « Tous Ensemble », mis en place au moment des discussions sur la réforme de la protection sociale. Lors de l’AG de la branche « cheminots » de novembre 1996 à Chambéry, il fut élu au Bureau National (BN) des cheminots CFDT, chargé du groupe technique national (GTN) Équipement et à ce titre siégea à la CPCV (commission professionnelle centrale « Voies ») de 1997 à 2003.

Il fut permanent syndical de décembre 1996 à 2009. Il participa aux négociations, en 1999, sur la mise en place des 35h pour les cheminots de l’Équipement. Il siégea, pour la CFDT, au titre des cheminots, avec Denis Andlauer de 1999 à 2003, au Conseil supérieur du service public ferroviaire (CSSPF), créé en 1999 par le gouvernement (Jospin-Gayssot) pour « veiller au développement et à l’évolution équilibrée du secteur ferroviaire… ».

Lors de l’assemblée générale des syndicats de cheminots CFDT en mai 2000 à La-Bresse (Vosges), il fut réélu au bureau national des cheminots CFDT, puis en 2002, en perspective du remplacement de Denis Andlauer, il fut élu secrétaire général adjoint des cheminots CFDT. Il fut le délégué de son syndicat aux congrès confédéraux CFDT de 1995, 1998 et 2002.

Après l’approbation, par le bureau national confédéral de la CFDT, en mai 2003, du projet Raffarin-Fillon sur les retraites, Éric Thouzeau démissionna de la CFDT et adhéra dès juin 2003 à la CGT. Il fut élu au bureau exécutif national de l’UFCM-CGT lors du congrès d’octobre 2004 à Limoges et reconduit lors du congrès de Tours de mars 2007. Il fut également élu membre du bureau national de l’UGICT-CGT lors du congrès de mars 2004 à Clermont-Ferrand et reconduit au congrès de Marseille en mars 2007 ; il siégea au secrétariat national de l’UGICT-CGT de 2004 à 2007, en charge du pôle Cadres.

Il prit sa retraite le 28 juin 2009 avec le grade d’ingénieur chef de section.

Éric Thouzeau milita à la LCR de février 1973 à septembre 1994, et siégea au comité central de 1981 à 1983. En septembre 1994, il adhéra et milita au Parti Socialiste ; il siégea, au titre de différentes motions de la gauche du PS, au bureau fédéral de Loire-Atlantique de 1997 à 2017, et fut trésorier fédéral du 44 de 2008 à 2012 ; il fut membre du Conseil national du PS de 2000 à 2017. Au 1er janvier 2018, il quitta le PS pour la Gauche démocratique et sociale (Filoche).

Depuis 2010, il est conseiller régional des Pays-de-Loire. Il est marié, deux enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article200506, notice THOUZEAU Éric, Denis, Marcel par Michel Gorand, version mise en ligne le 1er mars 2018, dernière modification le 18 janvier 2019.

Par Michel Gorand

SOURCES : Archives CFDT. — Correspondances avec l’intéressé en 2018.

Œuvre : participa à l’ouvrage collectif « Syndicalistes ! » (Éditions Syllepse – 2008).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément