BALUSSOU Pierre

Par André Balent

Né le 21 novembre 1916 à Pamiers (Ariège), mort le 1er février 1945 à Dachau (Bavière, Allemagne) ; répétiteur au collège de Pamiers (Ariège) puis au lycée de Foix (Ariège) ; militant du parti communiste ; résistant du Front national puis du mouvement Combat dans l’Ariège ; du mouvement Combat et des MUR (Mouvements unis de la Résistance) dans le Rhône ; mort en déportation en Allemagne.

Pierre Balussou était le fils d’Aimé et de Gabrielle Giret.
Pierre Balussou, répétiteur au collège de Pamiers puis au lycée de Foix, fut successivement le fondateur du Front national puis du mouvement Combat en Ariège. À Lyon où il fut obligé de fuir, il fut responsable national pour la propagande des MUR. Avec son frère Robert, il distribua la presse clandestine à partir de Lyon. Il fut arrêté par la Milice en février 1944.
Il fut déporté à Dachau par le convoi parti de Lyon (Rhône) le 29 juin 1944. Il séjourna au camp de concentration de Dachau avant d’être transféré à celui de Flossenbürg, dans le Haut-Palatinat bavarois où il fut affecté au commando de Leimeritz.
Déclaré mort pour la France, il est honoré par des inscriptions sur divers monuments : monument aux morts de Pamiers ; plaque au collège Joseph-Paul-Rambaud de Pamiers dédiée « Aux élèves morts au champ d’honneur » ; monument aux morts au stade Balussou de Pamiers (qui porte désormais son nom) : « Aux sportifs appaméens morts pour la France ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article200147, notice BALUSSOU Pierre par André Balent, version mise en ligne le 16 février 2018, dernière modification le 21 février 2018.

Par André Balent

SOURCES : Arch. dép. Ariège, État civil et état civil en ligne cote 1NUM/4E3740, vue 37. —La Dépêche, 12 septembre 1987, article de Claude Delpla. — Olivier Nadouce, Les heures sombres de l’occupation (1940-1945) à Varilhes et son canton, Varilhes, Mémoire Résistance Ariège Solidarité internationale, 2012, 281 p. [pp. 180-185]. — Notes de Jean-Pierre Besse et de David Aguilar.

Version imprimable Signaler un complément